Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une voie spirituelle, selon la voie de la Liberté, doit avoir un guide vivant comme référence mais ce qui compte le plus n'est pas tant le guide que l'enseignement qu'il délivre. Les guides sont mortels, l'enseignement non. L'un et l'autre vont de paire.

 

 

Résumé:

 

Le Guru est important pour ceux qui lui sont contemporains car c'est lui leur interlocuteur, s'ils désirent suivre son enseignement. C'est comme en faculté : le professeur est important mais s'il s'en va, il sera remplacé par un autre professeur et l'enseignement restera le même.

 

Bien sûr le nouveau professeur n'aura pas la même façon d'enseigner ni la même personnalité et les élèves, s'ils cherchent à apprendre la matière enseignée, ne sont pas insensibles au facteur humain et certains pourront regretter le professeur parti.

 

C'est la même chose pour un guide, un maître spirituel, un guru : les disciples s'habituent à lui et projettent toutes sortes de choses sur lui, comme fait une personne en analyse sur le psychanalyste, mais en vérité ce qui compte c'est l'enseignement plus que le maître.

 

Le guru qui se met en avant, qui est flatté par les marques de respect, d'amour des disciples est un bien mauvais guru qui n'a pas laissé sa vanité au vestiaire, quand il a revêtu les atours du maître. C'est pourquoi il est si important qu'un maître de la voie soit un éveillé.

 

L'astérisque* renvoie au lexique

 

 

 

A votre avis, qu'est-ce qui est le plus important, l'enseignement ou l'enseignant ? Le maître, la qualité de son enseignement, sa méthode, ses capacités à enseigner sont importants mais ce qui l'est avant tout c'est l'enseignement qu'il délivre. Les maîtres naissent et disparaissent, l'enseignement perdure.

 

Mais bien souvent ce n'est pas ainsi que fonctionnent les chercheurs*, je suis obligé de le reconnaître. Ils préfèrent le porteur de message plutôt que le message. Ils ne se préoccupent pas de l'enseignement pourvu que l'enseignant soit à la mode, qu'il fasse le buzz et recueille des milliers de like.

 

 

La mode

 

Voyez certaines personnalités du monde spirituel qui sont à la mode: des milliers de gens se déplacent pour profiter de leurs Darshan* et quand vous demandez aux gens qui se sont déplacés quel est l'enseignement que ces maîtres dispensent, ils ne peuvent pas répondre: ils ne le connaissent pas. Ils sont allé le voir parce que c'est la mode, comme les lampes à sel gemme de l’Himalaya, comme les galets empilés, le bambou et les fontaines électriques qui glougloutent pour nous plonger dans le zénitude.

 

Étrangement beaucoup de gens qui se disent attirés par la spiritualité* s'entichent d'un guru* sans connaître son enseignement, en même temps qu'ils fustigent d'autres guru non connus les suspectant des pires intentions sectaires.

 

Qu'ils adulent un guru à la mode, consensuel, parce que beaucoup d'autres font de même ou qu'ils en conspuent un autre qu'importe, c'est la même démarche: ils ne s’intéressent pas à leurs enseignements. La forme vaut mieux, pour eux, que le fond.

 

Le sel rose de l’Himalaya c'est très bien: nous nous en servons quotidiennement à l'ashram nandi-àlaya, les fontaines qui glougloutent, pourquoi pas même si je préfère, pour ma part, la Musique* du silence...mais il s'agit de privilégier le fond plutôt que la forme.

 

L'enseignement en premier

 

Sur la voie l'accent est mis sur l'enseignement, pas sur le guide* qui donne la Révélation* aux aspirants*. Pourtant le guide est important, sur toute voie spirituelle se réclamant de la Gurukula*. Mais si le guide est important, essentiel pour suivre l'enseignement, ce dernier est plus important encore. Le guide de la voie disparaîtra, son enseignement restera et un autre, une autre guide l'enseignera.

 

Pour vivre le yoga-originel vous avez le choix entre trois degrés de pratique: celui de Marcheur*, celui de Chela* ou disciple et enfin celui de premie*, ou amoureux de Dieu. A partir du deuxième degré, celui de Chela, le guide est très important. Garder un contact régulier avec lui est un besoin. On a besoin de ses lumières, de ses conseils et qu'il nous remette en cause de temps en temps, qu'il nous dise lorsque nous nous trompons. C'est là toute l'utilité d'un guide vivant.

 

Mais là encore c'est l'enseignement qui est le plus important. C'est le maître qui le donne, cet enseignement mais si le maître est l'arbre, son enseignement en est le fruit et celui qui a faim a faim du fruit, pas de l'arbre.

 

Souvent je reçois des mails de personnes qui me posent la même question: ''qui êtes-vous ? Quel est votre lignage spirituel ? '' mais aucun ne me demande quel est ''mon'' message. Si vous lisez les textes de ce blog ou les Satsang* que j'ai donné à l'ashram nandi-àlaya, qui ont été enregistrés et retranscrits pour être édités sur le blog ''Observance'', vous connaîtrez ce message, celui de la voie du milieu et vous saurez s'il vous parle ou non. S'il vous parle, il sera alors temps de me poser des questions à propos de ma lignée...et toutes ces sortes de choses.

 

Je vous offre ce conseil, vous en ferez ce que vous voudrez : avant de vous intéresser au porteur de message, intéressez-vous au message.

 

''Agya Dharma et guide gardent l'initié en chemin''

[Bhaktimàrga 1-5-14]

 

''Le guide répond aux questions de celui qui le suit ''

[Bhaktimàrga 3-1-4]

 

''Quand un guide s'en va un autre vient ''

[Bhaktimàrga 3-1-22]

 

 

Satsang en relation avec ce texte:

 

-Choisir son maître

-Heureux les humbles

-Satsang et enseignement

 

Sur certaines tablettes et smartphones le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #enseignement, #guide, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0