Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'enseignement que dispensait Jésus, l'éveillé ou bouddha, était originaire des Indes. Il y avait initié dans sa jeunesse. Une grande partie des Indes de l'époque de Jésus, ce qui correspond au Pakistan actuel, appartenait à l'empire Perse.

Texte de spiritualité de sri hans Yoganancd ji à propos de la spiritualité, La Voie, le Verbe, la Parole.
Le Verbe, la Parole de la première phrase de Jean expliqué

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l'évangile selon Jean, il est écrit au début : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était auprès de Dieu et le Verbe était Dieu. » C'est quoi ce Verbe ? Ce texte a été écrit en grec, alors, quel mot grec a été utilisé, à l'origine ? Certains parlent de « logos », mais si on a le texte original, on y trouve le mot «  εἴρω », ou « eiro », qui signifie « parole » et d'autres acceptions, comme « nouer », « attacher », « entrelacer ». Le mot « Verbe », utilisé au début de l'évangile johannique, est souvent remplacé par celui de « Parole » : « Au commencement était la Parole et la Parole était auprès de Dieu et la parole était Dieu. » Mais la question reste : quelle est cette Parole ? Certains disent que c'est « Ôm », d'autres encore d’autres mots, paroles, mais au début, avant le big-bang, il n'y avait pas de mot, de parole, il n'y avait que... Dieu.

 

 

 

L'origine sanskrite

 

 

 

Le mot grec « eiro » a la même origine que le mot « Verbe », ils viennent du sanskrit (langue ancienne des indes), plus précisément de व्रत, ou « vrata ». Mais que signifie le mot sanskrit « vrata » ? Comme beaucoup de mots, « vrata » a beaucoup d'acceptions différentes, comme « vœux », « promesse », dans le sens d'Observance pieuse personnelle. Mais dans beaucoup d'écritures mystiques indiennes anciennes, rédigées en sanskrit, le mot « vrata » est utilisé pour parler de ce qui maintient l'équilibre, l'intégrité, l'Unité cosmique. Ce mot signifie « Unité », ou « le Tout » dans le sens de Tao, comme utilisé par Lao-Tseu, en chinois ancien.

 

 

Donc, l'évangile selon « Jean », commencerait ainsi : « Au début était l'Unité, l'Unité était près de Dieu, l'Unité était Dieu. » Dans le livre d'Isha, le deuxième verset du chapitre deux dit : « Tout a commencé par la Lilà de Bhagavan, l'Être-Suprême. Au commencement la Lilà était l'expression unique du Tout. L'Univers a été fait par elle et rien de ce qui a été fait ne l'a été sans elle. La vie vient d'elle, de sa lumière et de sa vertu. »

 

 

La Lilà, en sanskrit, est le nom donné au jeu cosmique que Dieu joue avec sa création. Bhagavan est le nom donné au Dieu suprême. Dans ce verset deux, du deuxième chapitre du livre d'Isha, on parle de la « vertu » de Bhagavan. Ici le mot vertu est à comprendre comme voulant dire : « propriété », « attribut ».

 

 

Dans le Tao-Te-King, la phrase une du livre premier dit aussi qu'au début était l'Unité et que cette Unité (le Tao) a tout créé : « Quand furent créés les choses et les êtres, le son qui se répète apparu, menant à l'Unité. » Dans la Bhagavad-Gîtâ, au chapitre 9, versets 17 et 18, (8.11 pour le chant de l'éveillé), il est question de cette Unité : « De l'univers, l'Un est le père, la mère, le soutien et l'aïeul, l'objet de la connaissance, le purificateur et le son primordial qui se répète. Il est également les hymnes, la danse et la dédication à l'autel. Il est le but, le soutien, le maître, le témoin, la demeure, le refuge et l'ami le plus cher, la création et l'annihilation, la base de toutes choses, le lieu de repos et l'éternelle semence. » Le livre de La Voie, ou Bhaktimàrga, dit : « L'Unité et le Tout ne font qu'un, en même temps Roi et Royaume, non né, éternel, créateur et maître de toutes choses. » (1-1-1)

 

 

 

L'enseignement de Jésus

 

 

 

L'enseignement que dispensait Jésus, l'éveillé (ou bouddha), était originaire des Indes. Il y avait été initié dans sa jeunesse. Une grande partie des Indes de l'époque, qui correspond au Pakistan actuel, appartenait à l'empire Perse. Cet empire allait de la frontière orientale de la Turquie actuelle, alors faisant partie de l'empire romain, il englobait la Syrie, L'Irak, la Perse (l'Iran) et allait jusqu'au Pakistan actuel. Des caravanes de chameaux, des routes de la soie, faisaient souvent le voyage des côtes méditerranéennes, de l'actuel Liban, vers la Chine, via l'Inde. Les paroles de Jésus sont inspirées des Upanishads.

 

 

À l'époque de Jésus, en Inde, le yoga de Patanjali, sous sa forme originelle plus ancienne que Patanjali lui-même, (pas le raja-yoga ni l'ashtanga-yoga actuels) enseignait une mystique à laquelle Jésus a été initié. Il est possible, sinon certain, que le yogasûtra ait été rédigé du vivant de Jésus et qu'il ait été initié à ses techniques de méditation. De toute façon, avant la rédaction du yogasûtra, cette mystique existait, chez les Jaïns, par exemple et avant les Jaïns, elle existait déjà. Elle remonte loin.

 

 

Jésus, quand il allait méditer (on dit « prier » dans les évangiles), s'éloignait toujours du groupe, avec lequel il voyageait. Les techniques de méditation, qu'il avait reçues, lors de son initiation, étaient secrètes et personne de non initié (le baptême dans l'Esprit-Saint et dans le feu) ne devait les voir. « Le Sauveur a demandé à Pierre, Jacques et Jean de l’accompagner dans le jardin. Il leur a demandé de l’attendre pendant qu’il priait. » (Matthieu 26:36 ; Marc 14:43 ; Jean 18:2-3). Pour en revenir à la parole ou au Verbe du commencement de l'évangile de Jean, il existe un livre ; « l'évangile de Jésus » qui commence ainsi :

 

 

1-1 : Au commencement était la volonté de Dieu. 1-2 : Au commencement la volonté de Dieu était l'expression unique du Tout. 1-3 : Toutes choses ont été faites par cette volonté et rien de ce qui a été fait ne l'a été sans elle. 1-4 : La vie vient de cette volonté de Dieu et de sa lumière. 1-5 Quand la lumière brille les ténèbres disparaissent.

 

 

En vérité la Parole, le Verbe se dit aussi Saint-Nom, vertu du Tao, Satnam et d'autres mots encore. Il s'agit de Dieu, de son énergie, de sa force et de son dessein. Le jeu divin, ou la Lilà, est harmonie et l'univers infini participe de cette harmonie, est l'équation primordiale de Dieu. Lao-Tseu disait le Tao. Ce n'est évidemment pas un mot, un nom que l'on peut dire ni écrire. Dernier détail, avant de vous quitter : dans les évangiles canoniques, le Saint-Esprit ou Esprit est nommé en grec Pneuma, ce qui signifie souffle. Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent.

 

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable. Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

Tag(s) : #spiritualité, #Jésus, #lavoie, #méditation, #Parole, #verbe, #évangiles

Partager cet article

Repost0