Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des personnes, quand elles lisent ''La Voie'' se vexent et affirment qu'il n'y a pas qu'une seule voie, qu'à chacun la sienne...oui, ils ont raison: chacun peut se faire sa voie à lui, dans son coin mais ça n'empêche pas La Voie d'avoir une vocation universelle ! 

 

 

Résumé :

 

Il y a un but à la vie humaine et ce but est le même pour tous les êtres-humains, plus encore : pour tous les êtes vivants mais ça ne signifie pas que tous les êtres-humains devraient vivre la même vie. Parallèle au but de la vie il y a des objectifs individuels et les devoirs, le dharma de chacun. On peut aller sur La Voie pour accomplir le propos de sa venue sur Terre et, en même temps, avoir des objectifs existentiels, amoureux, professionnels. Il y a buts et But. Il n'y a aucune raison de les opposer.

 

 

 

A chacun sa voie

 

A travers les échanges il apparaît un malentendu à propos de La Voie : souvent, quand il est question d'elle, qu'il est expliqué que l'accomplissement de la cause première de l'existence se peut grâce à elle, certains rétorquent : «A chacun sa voie ; tu as la tienne, j'ai la mienne qui me satisfait ; j'aide les gens par mes pouvoirs de guérison, je trouve les réponses grâce à mes guides intérieurs...» Ce n'est là qu'un exemple rencontré, mais il y a autant de réactions qu'il y a de personnes.

 

Au premier abord il semble que nous parlions du même sujet : de la voie. Nous, pratiquants de La Voie, croyons qu'elle est pertinente pour tous, tandis que d'autres ''condamnent'' notre sectarisme, notre aveuglement et nous renvoient à la liberté de penser et au libre-choix : ''à chacun sa voie, à chacun sa liberté''. Ceux-là ne connaissent pas La Voie et ne cherchent pas à se renseigner à son sujet. Juste ils n'aiment pas l'affirmation de son universalité qu'ils prennent pour de la vanité, du sectarisme et du prosélytisme.

 

Nous pourrions continuer ces échanges à l'infini ; nous, expliquant en quoi La Voie est transcendantale et les autres nous renvoyant la liberté de penser et reprochant notre aveuglement sectaire. La polémique vient de ce que nous ne parlons pas du même sujet, malgré l'identité des mots employés : il y a La Voie et les voies. Ce sont des homonymes et non des synonymes. C'est un quiproquo, un malentendu.

 

Il y a voie et voies

 

Il y a Voie et voies comme il y a le but de l'existence humaine et le but de chacun, dans son existence. Ce n'est pas parce que les êtres humains ont tous une raison d'être commune que chaque être humain devrait vivre la même existence.

 

 

La raison de vivre des hommes, leur destinée commune à travers le samsàra (Cycle des réincarnations), est comme un grand fleuve qui, de la montagne originelle coule vers l'océan où il se jette. Tout ce qui est plongé dans ses flots finira inévitablement dans cet océan et le courant est si fort que personne ne peut en remonter le cours. Mais l'embarcation de chacun est différente et certains accostent, régulièrement sur les berges pour y rester quelques temps. Parfois ils suivent le cour du fleuve à pied, en allant sur sa rive et s'en éloignent quelques temps pour y revenir.

 

Il y a La Voie, le grand dessein de l'humanité toute entière, de chaque être humain et sa raison d'être personnelle, sa motivation. Les êtres vivants ne sont pas des clones de science-fiction ; ils sont tous différents. Même au sein d'un banc de sardines chaque sardine est un individu et si chacune va dans le même sens, elles n'ont pas la même perception de leur danse coordonnée.

 

 

Sur une tapisserie, il y a la trame et les fils de chaîne. La trame est la même pour toutes les tapisseries et les décors varient par les fils de chaîne. L'existence des hommes est telle une tapisserie : la trame est la même pour tous les humains et chacun y tisse le décor qu'il veut, qu'il peut, ainsi chaque humain présente une tapisserie, une existence différente.

 

But universel et individuel

 

Il y a le but transcendantal, universel de la vie et il y a l'existence de chacun, le dharma. Ce mot possède divers acceptions en fonction de l'obédience hindouiste et bouddhiste qui l'emploi. Nous l'utilisons, quand à nous, avec un sens précis : ce que chaque homme doit faire de son existence, ses obligations, ses responsabilités vis à vis des autres êtres vivants.

 

Ce dharma, ou devoir sacré, est propre à chacun, différent pour tous : a chaque homme son dharma et il n'y a pas deux hommes qui aient le même. Deux boulangers d'une même ville n'auront pas le même dharma, deux soldats d'une même section n'auront pas le même, deux frères n'auront pas le même. C'est là que s'exprime la liberté individuelle, la destinée et le libre-arbitre. Chaque dharma est une voie, un cheminement et chacune de ces voies individuelles possède sa propre destinée humaine, existentielle, comme chaque acte a sa propre conséquence.

 

Quand nous écrivons, affirmons que pour accomplir la raison de notre venue dans cette existence il faut aller sur La Voie, nous ne disons pas que nous devons tous faire la même chose de nos vie. Il y a deux raisons de vivre parallèles : une transcendantale, fondamentale et une autre individuelle, personnelle et changeante au grès des événements et des opportunités. Il y a La Voie et il y a les voies ; elles ne sont pas antagonistes.

 

On peut aller sur La Voie et travailler à devenir ingénieur des mines. On peut aller sur La Voie et militer pour le respect de la planète ou pour l'égalité des droits entre les gens. On peut aller sur La Voie et s'intéresser à l'ayurvéda, l'étudier et la pratiquer. Il y a la trame ; La Voie et la composition que l'on fait, de son existence, grâce aux fils de chaîne.

 

Un destin personnel

 

La pratique de La Voie, de ses trois piliers, n'empêche pas de vivre un destin personnel qui sera ce que l'on en fera. L'un n'empêche pas l'autre. Il n'y a pas forcément antagonisme et il peut même y avoir, parfois, synergie.

 

Il n'y a qu'un grand fleuve qui se rue vers l'océan et toutes les barques qui y flottent iront au même endroit en suivant le courant. Mais certains feront des escales, changeront de mode de locomotion, puis reviendront dans le courant, c'est la liberté de chacun d'en décider.

 

La Voie, il n'y en a qu'une. Les cheminements individuels il y en a autant que d'êtres humains et on ne doit pas opposer les unes à l'autre...il ne s'agit pas du même sujet. Ce qui n'empêche pas les milliards d'autres voies d'exister, seulement toutes ne mènent pas au même but.

 

"Il n'y a pas d'autres vérités que La vérité"

Bhaktimàrga 1-4-46

 

 

 

 

 

Vous pouvez écrire ici : lavoie.eu@gmail.com

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

 

Tag(s) : #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #lavoie

Partager cet article

Repost0