Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

English below. Le Dhammapada est un recueil des paroles les plus courtes, tout en restant évocatrices du message attribué au bouddha Sakyamuni. Poétique, l’original pāli est déjà déformé par les traductions, car le bouddha ne parlait pas cette langue. Pour autant, il est possible de comprendre l’essence du message en observant le sens général de ces versets.

Le Dhammapada est un recueil des paroles les plus courtes, tout en restant évocatrices du message attribué au bouddha Sakyamuni.

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

Le Dhammapada

 

English below

 

XV. Bienheureux

 

 

Chapitre XIV

 

 

197. Bienheureux, vivons-nous, sans haine parmi les haineux. Au milieu des Hommes qui haïssent, nous demeurons sans haïr.

 

198. Bienheureux, vivons-nous, en santé parmi les souffrants. Au milieu des souffrants, nous demeurons en santé.

 

199. Bienheureux, vivons-nous, sans désirer les plaisirs des sens, parmi ceux qui les désirent. Au milieu de ceux qui les désirent, nous ne les désirons pas.

 

200. Bienheureux, vivons-nous, nous qui n’avons pas d’attachements, nous sommes nourris de béatitude, comme les Devas radieux.

 

201. La victoire engendre la haine. Le vaincu vit dans la souffrance. Le paisible est bienheureux, abandonnant victoire et défaite.

 

202. Il n’y a pas de feu comparable à la convoitise, pas de crime comparable à la haine, il n’y a pas de mal comparable au désir, pas de bien-être plus haut que la paix du nirvana.

 

203. La faim est la plus grande des maladies, le conditionnement*, le plus grand mal. Connaissant ceci dans sa réalité, le sage réalise le nirvana, la suprême béatitude.

 

* Sankhāra, en pali, est utilisé dans le sens de quelque chose de matériel, fabriqué, conditionné.

 

204. La santé est le plus grand des avantages, la satisfaction est la plus grande richesse, les gens loyaux font la meilleure famille, Nirvana est béatitude.

 

205. Ayant goûté la saveur de l'abri parfait* et de la paix, il est sans chagrin ni souillure, savourant le goût de la haute joie du Dharma**.

 

* Lire le verset 192.

 

** L'enseignement et la pratique de La Voie de l'éveil, délivré par le buddha.

 

206. Excellente est la vue des arya* ; leur compagnie est toujours bénéfique. Ne fréquentant pas les fous**, on restera bienheureux.

 

* Mot d'origine sanskrite, la langue des Aryas, blancs venus des plateaux iraniens et de la Bactriane, importateurs du védisme (originel) et signifiant « nobles ». Le bouddhisme a donné à ce mot un sens équivalent, chez-nous, à « saint ». Ce mot, ici, désigne donc des personnes saintes, des mahatmas.

 

** Ignorants, c'est-à-dire non initiés à la connaissance ou dharma.

 

207. En vérité, celui qui marche en compagnie des fous s’attriste pour longtemps, l’association avec les fous est toujours douloureuse, telle l’association avec un ennemi ; heureuse est l’association avec un sage, comme est la rencontre avec des proches.

 

208. En vérité, les aryas ont la connaissance*, sont sages, instruits, sincères et respectueux, il est alors bien de suivre de tels hommes vertueux et intelligents, comme la Lune suit le chemin des étoiles**.

 

* Cette connaissance non apprise que les aryens désignaient par le mot « véda », signifiant « connaissance », « vision » bien avant le recueil de paroles védiques.

 

** Métaphore parlant du samsara et du principe védique des chemins du ciel.

 

Les boutons de partage sont à la suite de la traduction.

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable.

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

 

XV. Blessed

 

 

197. Blessed, let us live without hatred among the haters. In the midst of men who hate, we remain without hate.

 

198. Blessed are we, living healthy among the suffering. Among the suffering, we remain healthy.

 

199. Blessed, let us live, without desiring the pleasures of the senses, among those who desire them. Among those who desire them, we do not desire them.

 

200. Blessed are we, we who have no attachments, we are nourished with bliss, like the radiant Devas.

 

201. Victory breeds hatred. The defeated lives in suffering. The peaceful is blessed, abandoning victory and defeat.

 

202. There is no fire comparable to lust, no crime comparable to hatred, no evil comparable to the desire of the senses, no welfare higher than the peace of nirvana.

 

203. Hunger is the greatest disease, conditioning*, the greatest evil. Knowing this in his reality, the sage realizes nirvana, the supreme bliss.

 

* Sankhāra, in pali, is used in the sense of something material, manufactured, packaged.

 

204. Health is the greatest benefit, satisfaction is the greatest wealth, loyal people make the best family, Nirvana is bliss.

 

205. Having tasted the taste of perfect shelter* and peace, he is without sorrow or defilement, savoring the taste of the high joy of the Dharma**.

 

* Read verse 192.

 

** The teaching and practice of The Path of Awakening, delivered by the Buddha.

 

206. Excellent is the view of the arya*; their company is always beneficial. Not frequenting madmen**, we will remain blessed.

 

* A word of Sanskrit origin, the language of the Aryas, whites from the Iranian plateaus and Bactria, importers of Vedism (original) and meaning « noble ». Buddhism has given this word the equivalent of “holy” in our country. This word means holy people, mahatmas.

 

** Ignorant, that is not initiated to knowledge or dharma.

 

207. Verily, he who walks in the company of fools grieves for a long time, the association with fools is always painful, such as the association with an enemy; happy is the association with a wise man, as is the encounter with relatives.

 

208. Verily, the aryas have knowledge*, are wise, educated, sincere and respectful, and therefore follow such virtuous and intelligent men, as the moon follows the path of the stars**.

 

* This undeveloped knowledge which the Aryans referred to as the word “Veda”, meaning “knowledge”, “vision” well before the collection of Vedic words.

 

** A metaphor for samsara and the Vedic principle of the paths of sky.

 

 

 

 

 

Contact email: lavoie.eu@gmail.com

 

With a smartphone or some tablets, this blog is less comfortable.

If you can, visit it from a computer.

Tag(s) : #Dhammapada, #bouddha, #buddha, #LaVoie, #spiritualité, #spirituality, #méditation, #meditate, #bonheur, #yoga, #veda
Partager cet article
Repost2
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :