Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

English below. Isha était un éveillé, comme Gautama, comme d'autres gens connus ou inconnus. Isha a enseigné, initié des gens, peu, comme tous les éveillés qui montraient la voie du dharma. De leur vivant, aucun éveillé véritable n'a eu beaucoup de disciples. Jésus, par exemple, en a eu combien ?

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

English below

 

Le livre d'Isha

 

 

Chapitre 3 : Les disciples

 

 

3-1

 

Un jour, Nachiketas disparu, emporté par le seigneur de la mort, sur les chemins du ciel. Isha se retrouva seul, sans guru, sans satsang. Inspiré par le Saint-Nom, Isha resta assis sous un banian des jours entiers, à méditer, tenté par l'ahamkara*.

 

* Celui qui sépare ou « diable ».

 

3-2

 

Une nuit, tandis qu'il méditait, Isha se fondit dans la lumière intérieure. Il en sorti après de nombreuses heures, devenu un éveillé* et son devoir lui apparu : une lumière ne peut rester cachée ; il fera ce que son maître fit pour lui.

 

* Buddha.

 

3-3

 

Après avoir vaincu l'ahamkara, Isha, devenu un éveillé, alla dans toutes les Indes, donnant satsang à qui voulait l'écouter.

 

3-4

 

Un jour, alors qu'il marchait vers « Nalanda », deux hommes se mirent à le suivre. Isha leur demanda : que cherchez-vous ? Ils répondirent : qui es-tu ?

 

3-5

 

Il leur dit : suivez-moi et vous verrez. Depuis ce jour ils le suivirent et devinrent ses premiers disciples.

 

3-6

 

Isha disait à qui voulait l'entendre : le temps est accompli pour certains et satçitananda* est plus proche d'eux que le bout de leur nez. Qu'ils entendent les paroles de vérité** !

 

* Parfaite conscience de la béatitude.

 

** Satsang.

 

3-7

 

Comme il passait près d'un champ, il vit Amrish et Goutham, deux cultivateurs qui labouraient la terre. Isha leur dit : suivez-moi et je vous ferai jardiniers des âmes. Aussitôt ils laissèrent leur charrue et le suivirent. Isha dit à Amrish : toi, Amrish, fils d'Ibhanan, je te surnomme « Aravinda* ».

 

* « Lotus », en sanskrit. Cette fleur, surtout sa feuille, symbolise le détachement et l'équanimité.

 

3-8

 

Un peu plus loin, Isha vit Kunwar, fils de Lakshman et Jagannath, son frère qui, eux aussi, labouraient leur terre. Isha les appela, aussitôt, ils laissèrent leur père, avec les ouvriers, pour le suivre.

 

3-9

 

Le jour suivant, Isha rencontra Devdas et lui dit : suis-moi. Devdas le suivit.

 

3-10

 

Un jour qu'il s'était éloigné, Devdas rencontra son ami Hemaraj et lui dit : nous avons trouvé le satguru, un disciple de Nachiketas ! Hemaraj lui répondit : tous les disciples de Nachiketas seraient-ils des éveillés ? Devdas lui dit : viens et vois.

 

3-11

 

Isha, voyant venir à lui Hemaraj, dit de lui : voici vraiment une vieille âme à travers laquelle brille la vérité.

 

3-12

 

Hemaraj s'étonna : d'où me connais-tu ? Isha lui répondit : avant que Devdas t'appelât, quand tu étais sous le banian, je t'ai vu. Hemaraj s'exclama : guru ji, tu es le satguru !

 

3-13

 

Isha lui répondit : parce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le banian, tu crois ; mais tu verras de plus grandes choses que celle-ci ! Il ajouta à l'intention de tous : je vous le dis, vous verrez, en vous, la lumière de Bhagavan, vous entendrez Nada* et la Grâce guidera vos pas.

 

* Nom donné à « la musique » par la Gheranda-Samhita, également nommé le son « anahata » ou non produit.

 

3-14

 

Isha et ceux qui le suivaient, se rendirent à « Kashi », un jour de fête. Isha commença à donner satsang près de « Vishwanath », le temple de Shiva.

 

3-15

 

Il commença son satsang ainsi : après avoir reçu la connaissance de la nature réelle de l'âme, l'initié peut maîtriser le mental, ce qui lui permet de se détacher du fruit de ses actes, alors il goûte à la conscience de la béatitude.

 

3-16

 

Pour l'initié, pratiquant le dharma*, aucun effort n’est vain, chaque pas le rapproche de la Libération**. Résolu dans l'Observance, il n'a qu'un but : rester dans l'harmonie. Celui qui manque de constance, connaît la confusion.

 

* Agya.

 

** Des chaînes du samsara, le cycle des incarnations.

 

3-17

 

Celui qui n'a pas la connaissance, s’attache au langage fleuri des livres saints et savants, qui enseignent diverses pratiques pour atteindre les délices d'un ciel théorique, ou pour renaître en des incarnations plus favorables et y gagner la puissance et d’autres bienfaits. Enflammé de désir pour les joies d’une vie opulente, il est aveugle et sourd à la vérité.

 

3-18

 

Tant que tu n'es attiré que par les plaisirs matériels, tant que des joies éphémères te plongent dans la confusion, il t'est impossible d'atteindre la béatitude. Libère-toi de ta nature primaire, de tes désirs et reste dans la pleine conscience de l'Unité. Comme la source remplace avantageusement le puits, celui qui connaît la cause de l'illusion du monde, profite des plaisirs du monde sans s'y perdre.

 

3-19

 

Assume tes devoirs, sans chercher à les fuir et sans être lié ni par le succès ni par l’échec, c'est ta liberté. Efforce-toi d'agir en renonçant aux fruits de tes actes et ne crois pas être à l'origine de leurs conséquences. Reste dans l'Unité, hors des fluctuations du mental. Avares sont ceux qui aspirent aux fruits de leurs actes. Le service libère, qui s’y engage, des suites de l’action, bonnes ou mauvaises.

 

3-20

 

Absorbé dans le service, l'initié pratiquant le dharma, a son séjour dans l'Unité et renonçant aux fruits de ses actes, il s’affranchit du cycle des incarnations.

 

3-21

 

Quand ton esprit aura traversé le mur de l'illusion, tu connaîtras le détachement. Quand tu ne seras plus distrait par les savoirs vains, quand tu seras entièrement tourné vers la Réalisation, alors tu seras et resteras dans l'Unité.

 

3-22

 

Celui qui connaît sa véritable nature s'affranchit des désirs et trouve la satisfaction dans l'Unité. Celui que ni la souffrance, ni les joies d'ici-bas ne touchent plus, qui n'a plus ni attachement, ni crainte, ni colère, a réalisé la connaissance.

 

3-23

 

Éloignée des sollicitations des sens, l'âme incarnée leur est encore attachée. Forts et impétueux sont les sens ; ils captivent même l'esprit du sage qui veut les maîtriser. Qu'il retrouve l'Unité et les désirs se calmeront et il restera fermement établi dans le dharma.

 

3-24

 

Qui maîtrise ses sens, et s’absorbe dans l'Unité, montre une conscience sûre. En s'intéressant aux objets du plaisir, l'Homme s'attache, la convoitise vient et la colère la suit. La colère mène à l'illusion, l'illusion à l'égarement, alors l'esprit se perd dans la vie du monde.

 

3-25

 

Celui qui maîtrise ses sens, prend conscience de la Grâce et se voit ainsi libéré de tout attachement, comme de toute aversion.

 

3-26

 

La souffrance n'existe plus pour celui qui voit la Grâce en toutes choses. Devenu serein, son esprit ne tarde pas à s'éclaircir. Un esprit confus ne peut maîtriser le mental, ni voir la Grâce, comment, alors, connaître la paix ? Comme un vent violent balaie, sur l'eau, une barque, il suffit que l'un des sens entraîne l'esprit pour que la conscience se perde. Celui qui sait comment détourner son esprit du désir, possède une raison sûre.

 

3-27

 

La connaissance vient à celui qui maîtrise son mental et ses sens. Ce qui est la vérité, pour ceux qui sont dans l'ignorance, est illusion pour celui qui connaît l'Unité. Seul celui qui reste ferme dans le flot des désirs, comme la mer reste immuable, malgré les mille fleuves qui s'y jettent, trouvera la paix, mais certainement pas celui qui cherche à satisfaire ses désirs.

 

3-28

 

Celui que les plaisirs matériels n’attirent plus, qui n’est plus esclave de ses désirs, qui a rejeté tout esprit de possession et qui s’est libéré du faux-ego, peut seul connaître la paix parfaite. Celui qui, au moment de sa mort, retrouve le chemin de l'Unité, celui-là sera libéré des chaînes du samsara.

 

3-29

 

Les gens étaient frappés par son enseignement ; car il parlait comme ayant autorité et non pas comme un scribe. Sa renommée se répandit très vite. Des foules le suivaient, venues de partout, d'au-delà du Godâvari et de l'Indus.

 

Les boutons de partage sont à la suite de la traduction.

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable.

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

 

The book of Isha

 

Chapter 3: Disciples

 

 

3-1


One day, Nachiketas disappeared, carried away by the lord of death, on the paths of sky. Isha found himself alone, without guru, without satsang. Inspired by the Holy-Name, Isha sat under a banyan for days, meditating, tempted by the ahamkara*.


* He who separates or “devil”.


3-2


One night, while meditating, Isha merged into the inner light. He came out after many hours, became a awakened* and his duty appeared to him: a light cannot remain hidden; he will do what his master did for him.

 

* Buddha.


3-3


After defeating the ahamkara, Isha, now a awakened, went to all the Indies, giving satsang to anyone who wanted to listen.


3-4


One day, as he was walking towards «Nalanda», two men began to follow him. Isha asked them: what are you looking for? They said, Who are you?


3-5


He said to them: follow me and you will see. From that day on they followed him and became his first disciples.


3-6


Isha told anyone who wanted to hear it: the time is up for some and satçitananda* is closer to them than the tip of their nose. Let them hear the words of truth**!


* Perfect awareness of bliss.


** Satsang.


3-7


As he passed by a field, he saw Amrish and Goutham, two farmers plowing the land. Isha said to them: follow me and I will make you gardeners of souls. Immediately they left their plow and followed it. Isha said to Amrish: you, Amrish, son of Ibhanan, I call you «Aravinda*».


* “Lotus” in Sanskrit. This flower, especially its leaf, symbolizes detachment and equanimity.


3-8


A little further on, Isha saw Kunwar, son of Lakshman and Jagannath, his brother who also plowed their land. Isha called them, and immediately they left their father with the workers to follow him.


3-9


The next day, Isha met Devdas and said to him: follow me. Devdas followed him.


3-10


One day when he had gone away, Devdas met his friend Hemaraj and said: We found the satguru, a disciple of Nachiketas! Hemaraj answered him: would all the disciples of Nachiketas be awakened? Devdas said to him: come and see.


3-11


Isha, seeing Hemaraj come to him, said of him: this is truly an old soul through which the truth shines.


3-12


Hemaraj wondered: where do you know me from? Isha replied: before Devdas called you, when you were under the banyan, I saw you. Hemaraj exclaimed: guru ji, you are the satguru!


3-13


Isha answered him: because I told you I saw you under the banyan tree, you believe; but you will see greater things than this! He added for everyone: I tell you, you will see in yourself the light of Bhagavan, you will hear Nada* and Grace will guide your steps.


* Name given to «the music» by Gheranda-Samhita, also called the sound «anahata» or not produced.


3-14


Isha and his followers went to «Kashi» on a feast day. Isha began to give satsang near «Vishwanath», the temple of Shiva.


3-15


He began his satsang as follows: after having received the knowledge of the real nature of the soul, the initiate can master the mind, which allows him to detach himself from the fruit of his acts, then he tastes the consciousness of bliss.


3-16


For the initiate, practising dharma, no effort is in vain, each step brings him closer to Liberation. Resolved in the Observance, he has only one goal: to remain in harmony. He who lacks constancy, knows confusion.


3-17


He who has no knowledge, attaches himself to the flourishing language of the holy and learned books, which teach various practices to attain the delights of a theoretical heaven, or to be reborn into more favorable incarnations and to gain power and other benefits. Inflamed with desire for the joys of an opulent life, he is blind and deaf to the truth.


3-18


As long as you are attracted only by material pleasures, as long as ephemeral joys plunge you into confusion, it is impossible for you to attain bliss. Free yourself from your primary nature, from your desires and remain in the full consciousness of Unity. As the source replaces the well advantageously, he who knows the cause of the illusion of the world, enjoys the pleasures of the world without getting lost.


3-19


Assume your duties, without seeking to escape them and without being bound by success or failure, it is your freedom. Strive to act by renouncing the fruits of your actions and do not believe to be at the origin of their consequences. Remain in Unity, out of the fluctuations of the mind. Avaricious are those who yearn for the fruits of their acts. The service liberates, who is committed to it, the consequences of the action, good or bad.


3-20


Absorbed in service, the initiate practicing dharma, has his stay in Unity and renouncing the fruits of his acts, he frees himself from the cycle of incarnations.


3-21


When your mind has crossed the wall of illusion, you will know detachment. When you are no longer distracted by vain knowledge, when you are fully turned to the Realization, then you will be and remain in Unity.


3-22


He who knows his true nature frees himself from desires and finds satisfaction in Unity. The one who no longer has any attachment, fear, or anger, has realized the knowledge that neither the suffering nor the joys of this world touch.


3-23


Far from the demands of the senses, the incarnate soul is still attached to them. Strong and impetuous are the senses; they even captivate the mind of the wise who wants to master them. Let him find Unity and desires will calm down and he will remain firmly established in the dharma.


3-24


Who controls his senses, and is absorbed in Unity, shows a sure consciousness. By being interested in objects of pleasure, Man attaches himself, lust comes and anger follows her. Anger leads to delusion, illusion to delusion, so the mind is lost in the life of the world.


3-25


He who controls his senses, becomes aware of Grace and thus sees himself freed from all attachment, as from all aversion.


3-26


Suffering no longer exists for the one who sees Grace in all things. Having become serene, his mind soon clears up. A confused mind cannot control the mind, nor see Grace, how, then, to know peace? As a violent wind sweeps a boat on the water, it is enough that one of the senses drives the spirit for the consciousness to be lost. He who knows how to turn his mind from desire, has a sure reason.


3-27


Knowledge comes to the one who controls his mind and senses. What is truth, for those who are in ignorance, is illusion for those who know Unity. Only he who remains firm in the flow of desires, as the sea remains unchanging, in spite of the thousand rivers that flow into it, will find peace, but certainly not those who seek to satisfy their desires.


3-28


He who is no longer a slave to his desires, who has rejected every spirit of possession and who has freed himself from the false ego, alone can know perfect peace. He who, at the time of his death, finds the way of Unity, will be freed from the shackles of samsara.


3-29


People were struck by his teaching; for he spoke as having authority and not as a scribe. His fame spread very quickly. Crowds followed him, coming from everywhere, from beyond the Godâvari and the Indus.

 

 

 

 

 

Contact email: lavoie.eu@gmail.com

 

With a smartphone or some tablets, this blog is less comfortable.

If you can, visit it from a computer.

 

Tag(s) : #Isha, #spiritualité, #spirituality, #méditation, #meditate, #LaVoie, #HansYoganand, #yoga
Partager cet article
Repost2
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :