Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

English below. Le Dhammapada est un recueil des paroles les plus courtes, tout en restant évocatrices du message attribué au bouddha Sakyamuni. Poétique, l’original pāli est déjà déformé par les traductions, car le bouddha ne parlait pas cette langue. Pour autant, il est possible de comprendre l’essence du message en observant le sens général de ces versets.

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

Le Dhammapada

 

English below

 

VIII. Les mille

 

 

Chapitre 7

 

 

100. Un seul mot bénéfique, qui apporte la paix à qui l'entend, est meilleur que mille mots inutiles.

 

101. Une seule ligne bénéfique, qui apporte la paix à qui l'entend, est meilleure que mille versets de mots inutiles.

 

102. Il vaut mieux réciter un seul verset de l'enseignement qui apporte la paix à qui l'entend, plutôt que cent strophes de mots inutiles.

 

103. Conquerrait-il mille fois mille hommes sur le champ de bataille, en vérité, le plus noble vainqueur est celui qui se conquiert lui-même.

 

104-105. La conquête de soi-même surpasse, en vérité, de loin la conquête de tous les autres. Ni un parfait, ou un presque-parfait, non plus le Malin, avec un esprit des sphères subtiles, ne pourraient changer en défaite la victoire de celui, qui s’est dompté et qui vit en se contrôlant sans cesse.

 

106. Quoique mois après mois, par milliers de pièces de monnaie, on fasse des offrandes pendant cent ans et si, même pour un instant, on rend hommage à un libéré de lui-même bien enseigné, cet hommage est, en vérité, meilleur qu’un siècle de sacrifices.

 

107. Si pendant un siècle, on entretient le feu sacré dans la forêt et si, même pour un instant, on rend hommage à un libéré de lui-même bien enseigné, cet hommage est, en vérité, meilleur qu’un siècle de sacrifices.

 

108. En ce monde, quelque don ou quelque aumône qu’une personne cherchant du mérite offre pendant un an, tout cela ne vaut pas un seul quart de l’hommage rendu à l’homme de droiture.

 

109. Pour celui qui, habituellement, honore et respecte les aînés, quatre choses croissent : l’âge, la beauté, le bonheur et la force.

 

110. Vivrait-on cent ans, immoral et non contrôlé, mieux en vérité, est de vivre un seul jour, moral et pratiquant la méditation profonde (Jhàna ou dhyana).

 

111. Vivrait-on cent ans, sans sagesse et sans contrôle, meilleur en vérité, est de vivre un seul jour, avec sagesse et pratiquant la méditation profonde.

 

112. Vivrait-on cent ans, borné et inerte, meilleur en vérité, est de vivre un seul jour, déployant une énergie intense.

 

113. Vivrait-on cent ans, sans comprendre le surgissement et la chute*, meilleur en vérité, est de vivre un seul jour, comprenant le surgissement et la chute.

 

* Le surgissement est la montée de l'état de conscience bouddhique, la chute est quand le pratiquant retombe dans la conscience confuse habituelle d'un Homme.

 

114. Vivrait-on cent ans, sans voir le « sans mort* », meilleur en vérité, est de vivre un seul jour, voyant le « sans mort ».

 

* état de conscience, apparenté à l'éveil, assurant celui qui l'a atteint de connaître la Libération des chaînes du samsara en sept vies au plus.

 

115. Vivrait-on cent ans, sans voir l’incomparable enseignement, meilleur en vérité, est de vivre un seul jour, voyant l’incomparable enseignement et pratique.

 

 

Les boutons de partage sont après la traduction.

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable.

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

 

VIII. The thousand

 

 

100. A single beneficial word, which brings peace to those who hear it, is better than a thousand useless words.

 

101. A single beneficial line, which brings peace to those who hear it, is better than a thousand verses of useless words.

 

102. It is better to recite a single verse of the teaching that brings peace to those who hear it, rather than a hundred verses of useless words.

 

103. Would he conquer a thousand thousand men on the battlefield, in truth the noblest victor is he who conquers himself.

 

104-105. The conquest of self, in truth, far surpasses the conquest of all others. Neither a perfect, or an almost-perfect, nor the Evil One, with a spirit of the subtle spheres, could change into defeat the victory of the one who tamed himself and who lives in constant control.

 

106. Although, month after month, in thousands of coins, offerings are made for a hundred years and even if, for a moment, one pays homage to a well-taught free man, this homage is, in truth, better than a century of sacrifices.

 

107. If for a century the sacred fire is kept in the forest and if, even for a moment, one pays homage to a well-taught free man, this homage is indeed better than a century of sacrifice.

 

108. In this world, any gift or alms that a person seeking merit offers for a year is not worth a quarter of the homage paid to the man of righteousness.

 

109. For those who usually honour and respect the elders, four things grow: age, beauty, happiness and strength.

 

110. Would one live a hundred years, immoral and uncontrolled, better indeed, is to live one day, moral and practicing deep meditation.

 

111. Would one live a hundred years, without wisdom and control, better indeed, is to live one day, with wisdom and practicing deep meditation.

 

112. Would one live a hundred years, boundless and inert, better in truth, is to live one day, deploying an intense energy.

 

113. Would one live a hundred years, without understanding the rise and fall*, better indeed, is to live a single day, understanding the rise and fall.

 

* The surge is the rise of Buddhist consciousness, the fall is when the practitioner falls back into the usual confused consciousness of a Man.

 

114. Would one live a hundred years, without seeing the “without death*”, better in truth, is to live one day, seeing the “without death”.

 

* state of consciousness, akin to awakening, assuring the one who has reached it to know the Liberation of the chains of samsara in seven lives at most.

 

115. Would one live a hundred years, without seeing the incomparable teaching, better indeed, is to live one day, seeing the incomparable teaching and practice.

 

 

 

 

 

Contact email: lavoie.eu@gmail.com

 

With a smartphone or some tablets, this blog is less comfortable.

If you can, visit it from a computer.

 

Tag(s) : #Bouddha, #Bhudda, #LaVoie, #spiritualité, #spirituality, #HansYoganand, #méditation, #meditate, #yoga, #Dhammapada
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :