Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi Lao-Tseu aurait-il été le disciple de Gautama, des Sakyas ? Parce qu'en lisant une traduction correcte du Tao-Te-King, on ne peut que constater que son enseignement est le même que celui du buddha Gautama, pas seulement, il est aussi le même que celui délivré par la Bhagavad-Gîtâ ou « Le chant de l'éveillé » et d'autres livres encore.

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Je reconnais que ce titre est « putaclic », comme on dit sur les réseaux. En français, on dit « racoleur ». Pourtant, il y a quelque chose de vrai dans cette affirmation : Lao-Tseu aurait pu être le disciple de sri Gautama, du clan des Sakyas, appelé aussi « Bouddha » ou Sakyamuni (sage des Sakyas). Il aurait aussi pu être le disciple du maître spirituel de Gautama, Mahavira ou d'un autre éveillé de cette lignée, dont le nom nous est inconnu.

 

 

 

Lao-Tseu ou Laozi

 

 

 

Un petit point sur Lao-Tseu. Cet homme était un éveillé ou bhudda. Un éveillé est une personne qui a vécu un « nirvikalpa samadhi », autrement dit qui a plongé entièrement sa conscience dans l'Unité du Tout (ou Tao) par la méditation ou, comme guru Nanak, par accident. Si vous voulez plus d'explication sur ce samadhi, cliquez sur le lien hypertexte du mot et il vous sera donné à lire un texte à ce propos.

 

 

Le mot buddha signifie « éveillé ». Aujourd'hui, le mot éveillé renvoie au wokisme, ou aux gilets jaunes, ou encore aux complotistes. Une personne qui se sent sortie du « Troupeau des moutons », croyant à la « propagande des chaînes d'info mainstream » se dit éveillée. En spiritualité, depuis très longtemps, quand on dit « éveil » et « éveillé » on parle de « Bodhi ».

 

 

La plupart du temps les définitions de « bodhi » ne sont pas justes. Par exemple, un éveillé n'est pas obligatoirement une âme libérée des chaînes du samsara. L'éveil et la Libération sont deux choses différentes. Une âme est libérée (le Moksha) quand, après sa « désincarnation » (la mort), elle ne revient pas s'incarner et reste dans la parfaite conscience de la béatitude ou satçitananda.

 

 

Pour en revenir à Lao-Tseu... cette personne serait l'auteur ou l'inspirateur du livre, le « Tao-Te-King » ou « Dao-De-Jing ». « Surnommé « Tàishàng lǎojūn » ou « Seigneur suprême Lao », de son vrai nom « Li Er ». Lao-Tseu aurait été contemporain de Confucius (milieu du VIᵉ siècle av. J.-C. milieu du Vᵉ siècle av. J.-C.) Il serait né dans le pays de « Chu » du royaume des « Zhou » et serait parti pour une retraite spirituelle vers l’ouest de la Chine actuelle, avec une destination inconnue. » (Wikipédia)

 

 

La dernière information de cet extrait de Wikipédia est importante : Lao-Tseu serait parti, pour une destination inconnue, pour une retraite spirituelle. On dit qu'il fit ce voyage âgé de soixante ans, monté sur un buffle. On parle aussi d'une « passe », ce qui signifie qu'il a traversé une chaîne de montagnes, pour se rendre à sa « retraite spirituelle ».

 

 

 

Retraite spirituelle

au cachemire

 

 

 

Deux questions me viennent alors : qu'y a-t-il comme montagnes à l'ouest de la Chine, demandant à être traversées par une passe ? La réponse est l’Himalaya et la passe, située à l'ouest, pourrait parfaitement mener vers le Cachemire, actuellement au Pakistan et en Inde.

 

 

Comme on n'a pas d'idée très précise de la date de ces événements, il est impossible de dire comment était cette région à l'époque. Il y avait différents empires et les frontières connues actuellement n'existaient pas. Toutefois, la chaîne de montagnes, la passe et la géographie physique existaient, comme le Cachemire.

 

 

 

Disciple du Bouddha

 

 

 

Pourquoi Lao-Tseu aurait-il été disciple de Gautama, des Sakyas (un buddha) ou de Mahavira* ? En lisant une traduction correcte du Tao-Te-King, on constate que son enseignement est le même que celui du buddha Gautama, pas seulement, il est aussi le même que celui délivré par la Bhagavad-Gîtâ ou « Le chant de l'éveillé » et d'autres livres encore.

 

*Mahavira : maître de Gautama et de Gosala. Cet éveillé est donné comme réformateur du Jaïnisme. En quoi a-t-il réformé le Jaïnisme ? On ne le dit pas. Un maître jaïn, qui s'est éveillé, est perçu évidemment comme un réformateur. Gautama (le buddha historique) et un de ses collègues, Gosala, étaient des disciples de Mahavira. C'est de ce maître du « Jaïnisme réformé » que Gautama reçut la révélation des techniques qui lui ont permis d’atteindre l'éveil, dans une longue et profonde méditation. Gosala, après avoir été chassé de son ashram par Mahavira, (qui le considérait comme incapable de suivre sa sadhana*), a créé la religion Ājīvika.

 

*Sadhana : ensemble des pratiques d'une voie spirituelle ou màrga.

 

 

Ces livres ont été traduits de maintes façons et, selon la traduction que vous lirez, vous ferez le rapprochement ou pas. Je vous mets des liens vers des traductions qui montrent cette forte ressemblance. L'enseignement du Tao-Te-King, du buddha et du « Chant de l'éveillé » est le même que celui de Patanjali, évoqué dans les Yogasûtras. Là encore, de nombreuses traductions ont été faites et je vous donne le lien pour lire celle qui montre la ressemblance dont je parle. Ce sera à vous de vous faire votre opinion.

 

 

Le buddha Gautama, quand il a atteint l'éveil, par la méditation, au « parc des gazelles », à une dizaine de kilomètres de Varanasi (Bénarès) et qu'il a donné son premier satsang (Dhammacakkappavattana sutta) d'éveillé à ses frères disciples de Mahavira, était alors un moine jaïn.

 

 

 

Un seul enseignement

 

 

 

Le Tao-Te-King dit la même chose que ce que disaient buddha et Mahavira, ainsi que Patanjali et ce maître éveillé oublié, que les hindouistes indiens ont surnommé « Krishna » (noir), avant de le transformer en avatar de Vishnou et d'inclure son Upanishad (Le chant de l'éveillé) dans le « Mahâbhârata », pour en faire un livre saint Hindouiste.

 

 

Attention, à propos des livres « sacrés » : ils ne délivrent pas d'enseignement : les suttas (du buddha), comme le Tao-Te-King, le Yogasûtra, le Guru Granth Sahib, la Bhagavad-Gîtâ ne vous apprendront pas les techniques de méditation que les maîtres ont utilisé pour atteindre l'éveil !

 

 

En lisant le Tao-Te-King, vous n'apprendrez pas la méditation que Lao-Tseu pratiquait. En lisant les Suttas, vous n'apprendrez pas les techniques de méditation que Mahavira enseigna à sri Gautama et que le Buddha (historique) enseignait de son vivant à ses quelques disciples. En lisant le Yogasûtra, quelle que soit sa traduction, vous n'apprendrez pas à méditer comme Patanjali méditait. Ces livres sont seulement des sources d'inspiration.

 

 

 

Spiritualité et religions

 

 

 

Certains disent que Lao-Tseu et Patanjali sont des personnages fictifs. Pourtant, le Tao-Te-King et le Yogasûtra existent. Ils évoquent des enseignements similaires, sans en révéler les secrets. Ces derniers, partiels, ont donné naissance à des religions. Lao-Tseu, d'homme éveillé, est devenu un Dieu, pour les taoïstes, comme Gautama, pour les bouddhistes, ou « krishna », pour les vishnouïtes et les hindouistes.

 

 

Les religions naissent à partir de livres. Les livres ne donnent pas la vraie connaissance. Seule l'initiation (Révélation) des « mains » d'un maître spirituel, connaissant les techniques originales de La Voie, permet de vivre la réalisation spirituelle. C'est la spiritualité authentique.

 

 

 

Bouddhisme et taoïsme

 

 

 

Lao-Tseu, ou quel que fut son nom, a été initié au Cachemire, où vivaient les descendants des harappéens, par un éveillé, Gautama, son maître Mahavira ou un autre de cette lignée, durant sa retraire spirituelle inconnue, à l'ouest de la Chine, après avoir traversé des montagnes, par une passe.

 

 

Pour finir, une petite information : chez les bouddhistes, le mot Tao a reçu, suivant le dictionnaire « Sants’ang-fa-sou » le sens de « Pou-thi », transcription chinoise du mot sanskrit buddhi. Il est bon de savoir que tous les traducteurs donnent à ce mot le sens d'intelligence et disent que le : « Buddhi est un terme sanskrit qui signifie dans la philosophie indienne la capacité d'intelligence liée à la réflexion et la discrimination. C'est le premier constituant de l'organe interne appelé antaḥkaraṇa dans le Sāṃkhya ou le Vedānta et plus particulièrement dans l'Advaita Vedānta. C'est aussi une composante importante dans le bouddhisme qu'il ne faut pas confondre avec prajñā ou bodhi. » (Wikipédia).

 

 

Ils se trompent : le mot « buddhi » est un mot sanskrit dérivé de la racine « budh », qui signifie « savoir » ou « connaissance » ou « être éveillé ». La connaissance, ici, n'a rien à voir avec les connaissances apprises intellectuellement, mais elle est le Veda (vision ou connaissance), la connaissance intime de l'Unité du Tout, venue d'une méditation profonde, « dhyana » ou « samadhi ».

 

 

Le buddhi ou connaissance, selon la lexicologie originelle signifiant « la connaissance » ou « Le veda », autrement dit la doctrine de Gautama, ne faisait que commencer à se répandre en Chine. Les bouddhistes n’avaient pas encore reçu le nom de Seng ; on les appelait généralement Tao-jin, c’est-à-dire les hommes de la connaissance.

 

 

Dans le « Chin-i-tien », il est écrit que les « Tao-jin » (les bouddhistes), se liguèrent avec les « Tao-sse » (les disciples de Lao-Tseu) pour combattre les « Jou » (ou les lettrés de l’école de Confucius).

 

 

Quand on parle de combattre, c'est d'un point de vue doctrinal. Les taoïstes premiers, disciples de Lao-Tseu, connaissant les techniques par lui apprises, s'unirent avec les premiers disciples de Gautama, initiés comme eux, pour combattre les doctrines intellectuelles du philosophe Confucius. Ce philosophe, contemporain de Lao-Tseu, était un intellectuel, pas un maître spirituel éveillé.

 

 

Ces informations ont été recueillies dans le livre de Stanislas Julien (1842), « Le Dao De Jing de Laozi » ou Tao-Te-King. Elles ne font que renforcer l'affirmation selon laquelle Lao-Tseu était apparenté au bouddhisme.

 

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable. Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

Tag(s) : #LaoTseu, #spiritualité, #bouddha, #LaVoie, #Méditation, #éveil, #hansYoganand, #TaoTeKing, #DaoDeJing
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :