Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Certains se croient meilleurs que les autres et se disent éveillés, en lutte contre l'injustice, la domination des uns par les autres ou le contraire. Parmi ces gens, en lutte, se mélangent toutes sortes de « victimes » de discriminations réelles ou fantasmées.

Texte de sri hans Yoganand ji sur le wokisme, le décolonialisme et les bons sentiments manipulés.
Des personnes manipulent les bons sentiments des foules pour de mauvaises raisons

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

En ce moment, dans nos pays où les gens ont du temps à perdre en conjectures, il y a un problème : les batailles de concepts, de communiqués, de cris, d'invectives entre les tenants de la raison et ceux des émotions, pour les uns ou entre les réactionnaires d'extrême droite, les fascistes et les progressistes, pour les autres. Au-dessus de cette mêlée, il y a des gens politisés, sur fond religieux ou non, qui manipulent l'ignorance et les émotions, pour arriver à leurs fins.

 

 

Certains se croient meilleurs que les autres et se disent éveillés, en lutte contre l'injustice, la domination des uns par les autres ou le contraire. Parmi ces gens, en lutte, se mélangent toutes sortes de « victimes » de discriminations réelles ou fantasmées. Il y a des personnes confuses, à propos de leur genre, des homosexuels, des personnes « racisées » (par qui ?).

 

 

Les descendants des colonisés, les femmes qui pensent être victimes d'un traitement inégal et les pratiquants d'une religion qui fait beaucoup parler d'elle se réunissent pour lutter contre la société occidentale, telle qu'elle est aujourd'hui. Un détail pour ce qui est de la colonisation : la France a été colonisée une fois par les Romains, une autre fois par les Francs, qui étaient des Germains et d'autres fois par les Anglais, sans compter, depuis un moment déjà, par les Américains.

 

 

 

La couleur de peau

 

 

 

La plupart de ces gens mobilisés en ont après l'homme blanc hétérosexuel occidental. Telle actrice compte le nombre de noirs dans le public d'une cérémonie, ceci dans un pays où la majorité des gens est blanche et s'étonne que les noirs soient en minorité. Telle chanteuse, issue d'un milieu favorisé, gagnante d'un télécrochet et vivant de sa passion, dit avoir peur, quand elle voit des policiers... Pourquoi ? A-t-elle commis un délit ?

 

 

Un comédien adulé, noir de peau, au sommet de tous les sondages de popularité, pense son pays raciste, ce pays où il est adulé et où il a fait son succès, un footballeur millionnaire lui emboîte le pas. Une politicienne « de couleur », se fait la porte-parole des gens de couleurs, pour dire à quel point son pays leur laisse peu de chances. Cette personne, issue d'un milieu très aisé, a réussi à s'élever aux plus hauts sommets de l'état. Sont-ce là des personnes ostracisées ? De quoi se plaignent-elles ? D'avoir subi des discriminations ? Ou que la majorité des gens, en Occident, soit blanche ?

 

 

Le maire d'une grande ville d’Angleterre licencie des musiciens, du grand orchestre, parce qu'ils sont blancs, afin de les remplacer par des musiciens de couleur. Il faut préciser que ce maire est lui-même de couleur. On va déboulonner les statues d'hommes blancs, rebaptiser les rues, leur donner le nom de personnes de couleur, changer la langue pour tenir compte d'une minorité, confuse à propos de son genre.

 

 

En vérité, toute cette confusion est le fait d'une lutte politique visant à changer la société capitaliste, c'est une guerre froide. Il y a des gauchistes reconvertis et des musulmans extrémistes, avec ce même but, mais pas pour les mêmes raisons. Les uns veulent abattre le capitalisme, les autres veulent conquérir le monde et le convertir, de force, à l'islam rigoriste, celui des origines, comme ils le rêvent.

 

 

 

L'homme blanc

 

 

 

On interdit à un homme blanc hétérosexuel de parler, de donner son avis, car il a le tort d'être un homme, d'être blanc et d'être hétérosexuel. À cause de cela, il serait dominateur, violent et complice des discriminations subies par les femmes, les homosexuels, les genres flous, les « racisés », issus de l'ignoble colonisation, etc.

 

 

Je suis un homme blanc, hétérosexuel et j'ai subi, toute ma vie, de nombreuses discriminations. Il faut vous dire que je suis orphelin et que j'ai vécu dans un orphelinat, des nourrices, des pensions diverses jusqu'à ma majorité, en 1974, quand la majorité est passée de 21 à 18 ans.

 

 

Cette année-là, je vivais en foyer et je devais, après le bac, faire un IUT pour être assistant social. Juste après que la majorité soit passée à 18 ans, je suis rentré, le soir, à mon foyer et l'on m'en a interdit l'entrée : j'étais majeur. Je me suis retrouvé à la rue, sans argent, sans qualification, sans famille, sans logement. Si ce n'est pas une discrimination ! Mon privilège de blanc ne m'a alors pas beaucoup servi.

 

 

J'ai un nom de famille d'origine portugaise, mon grand-père paternel était un réfugié politique brésilien. Maintenant j'ai aussi un nom d'origine indienne, un nom que l'on m'a donné quand je vivais en Inde, dans les années 70. Durant mon enfance, on m'a souvent poursuivi, en me jetant des pierres et en me criant : « Portos ! Portos ! ».

 

 

À l'époque, on en avait aussi après les « ritals », les « pieds-noirs » et un peu, encore, les juifs. Toute ma vie, quand on me demandait mon nom, que je le disais, on me demandait si j'étais portugais et je répondais que j'étais Français, né à Paris, de parents nés tous deux à Paris. On m'affirmait alors que j'étais Portugais, puisque j'avais un nom portugais. Mon nom portugais m'a toujours identifié, aux yeux des autres, comme un étranger.

 

 

 

Discriminations

 

 

 

Discriminations au logement : pas besoin d'être noir ou maghrébin pour qu'un logement nous soit refusé, il suffit d'être pauvre, de ne pas avoir de CDI ni de caution ! J'ai toujours été discriminé au logement à cause de ça, sauf quand j'ai eu les moyens, à force de travail. Des discriminations, tout le monde en a subi et être blanc et homme n'a jamais été un privilège. En France, en cas de divorce, être un homme nous empêche d'avoir la garde de nos enfants, qu'on ne voit plus qu'un W.E sur deux, quand on n'est pas accusé de violences ou d'inceste pour ne plus qu'on les voit.

 

 

 

Racisme, xénophobie, islamophobie

 

 

 

On dit que le racisme règne en France, c'est faux : ce n'est, la plupart du temps, pas du racisme, mais de la xénophobie. On peut ne pas apprécier de voir des étrangers s'installer en nombre dans son pays, sans pour autant les considérer comme inférieurs. Les Portugais, les Italiens, les Espagnols sont, pour la plupart, des blancs ! Mais, ils étaient, du temps où on les poursuivait en leur jetant des cailloux, des étrangers.

 

 

Les noirs, les Maghrébins sont aussi des étrangers, d'origine ! Comme moi j'étais « portugais » d'origine ! Le fait que les noirs aient la peau "noire" n'a rien à y voir. Pour les Maghrébins, c'est de l'islamophobie, pas du racisme. L'islam est une religion, pas une race !

 

 

Ceux qui jugent et classent les gens au regard de la couleur de leur peau, du genre et de la sexualité sont des idiots racistes, manipulés par des politiciens musulmans extrémistes ou d'extrême gauche. Ce qui caractérise une personne, c'est son âme et l'âme n'a ni couleur, ni genre. Les gens d'aujourd'hui ne sont pas coupables des faits commis par leurs ancêtres !

 

 

Les musulmans Arabes ont pratiqué très longtemps l'esclavage et la colonisation. Même les musulmans turcs (Ottomans), ont pratiqué la colonisation. En Afrique, des Royaumes soumettaient d'autres peuples d'Afrique, à leurs lois, les colonisaient et, souvent, les réduisaient en esclavage. La plupart du temps les wokes ont peu lu de livres d'histoire sérieux. On trouve ces wokes en ville et dans les facultés de sciences humaines et politiques.

 

 

Ces wokes pensent que les gens qui aiment leur histoire, leur culture, leur langue, leur pays, leurs us et coutumes sont des fascistes que l'on doit faire taire à tout prix ! Sous des prétextes bien-pensants, ils honnissent les blancs, chrétiens, occidentaux, hétérosexuels.

 

 

La raison de cette rancœur, de cette haine n'est pas bien pensante, elle est politique et à la mode, comme le véganisme, l'animalisme, l'antispécisme et toutes ces sortes de choses. Ces gens sont dirigés par leurs émotions, la raison n'a pas son mot à dire. Selon la philosophie mystique indienne, ils sont dominés par le guna raja.

 

 

Quand on lit les livres sacrés de la spiritualité orientale, comme la Bhagavad-Gîtâ, les Védas, le Râmâyana, les Upanishads, le guru-Granth-Sahib, le Yogasûtra, les Suttas, Le Tao-Te-King, le nouveau-testament, etc. On n'y trouve pas mention de différences liées au genre, à la couleur de la peau (à part dans la Bhagavad-Gîtâ où l'on parle de « noir », sous le vocable sanskrit de « krishna »). La différence, entre les Hommes, que l'on trouve dans ces livres, est entre ceux qui ont la connaissance (non apprise) et ceux qui sont dans l'ignorance (ou nescience).

 

 

L'humanité, dans la spiritualité orientale, est soumise, mentalement, aux trois gunas* et partagée en trois groupes, ceux qui sont soumis plus à sattva, ceux qui sont soumis plus à rajas et ceux qui sont soumis plus à tamas. Les hindouistes ont les castes, mais c'est une autre histoire ! On ne peut absolument pas vivre une vie spirituelle en ayant une pensée woke et pourtant, le mot « woke » vient d'éveillé, mais l'éveil, dont ce mot parle, n'est pas celui des bouddhas (bhodi). Il est plus apparenté à l'éveil des complotistes qui croient être des gens d'exception qui savent ce que la masse moutonnière de la majorité ignore.

 

* Guna : Pour le « Sàmkhya » et le « Yoga », les gunas se répartissent en trois tendances essentielles : « sattva », la pureté, la vérité ; « rajas », l'énergie, les passions, la force, le désir ; « tamas », l'obscurité, les ténèbres, la lourdeur, l'inertie. Ces trois guna, indépendants en eux-mêmes, s'entremêlent sans cesse dans la nature différenciée et leur action réciproque commande toute l'évolution de la matière. Il importe de cultiver Sattva dans un premier temps, puis de le transcender. (Wikipédia)

 

 

 

La guerre secrète

 

 

 

Les wokes, sous couvert de bons sentiments, reproduisent ce qu'ils reprochent aux hommes blancs occidentaux hétéros du passé : une tendance à imposer leurs vues et une intolérance, un mépris pour ceux qui ne pensent pas « bien ». L'enfer est pavé de bonnes intentions, en attendant, les pays (Chine, Russie, Turquie) et les religieux (musulmans fondamentalistes) qui entretiennent la braise de la division, n'ont qu'un but, eux : détruire l'occident capitaliste et imposer l'islam. Ces agitateurs de l'ombre se servent, en secret, de ces jeunes gens wokes, décolonialistes pour fractionner l'occident, casser sa cohésion. Du temps de Staline et de Mao, on parlait d'agitprop.

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable. Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

Tag(s) : #wokes, #wokisme, #spiritualité, #émotions, #raison, #HansYoganand, #lavoie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :