Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Liberté toute nue ça signifie sans les concepts, les dogmes. Abandonner ses croyances pour la regarder en face, voilà l'idée ! C'est le propos de la voie de la liberté et, parmi les choses dont on doit se libérer, il y a les idées à propos de la Vérité.

 

 

Résumé :

 

La Vérité toute nue c'est la Vérité sans l'habillage des concepts, des dogmes, des interdits, alimentaires ou moraux, des croyances étranges et un peu magiques que notre intelligence refuse.

 

Les religions nous offrent des kits, ''clé-en-main'' et nous sommes tenus de tout prendre. Croire que le Christ disait la Parole de Vérité nous demande, dans la religion chrétienne, de croire que cet éveillé marchait sur l'eau, qu'il ressuscitait les morts, rendait la vue aux aveugles etc.

 

C'est pareil pour le bouddhisme, nous sommes tenus de croire aux pouvoirs magiques de Sri Gautama mais notre raison est heurtée par ces croyances illogiques et scientifiquement impossibles.

 

La Vérité n'a pas besoin de cet habillage et le fait que le Christ soit né de façon scientifiquement normale n'enlève rien à la nature divine de son message. La naissance est déjà un miracle ! Pourquoi en rajouter ?

 

[l'astérisque* renvoie au lexique]

 

 

En partant du postulat que la Vérité universelle existe, le propos de ce texte est d'expliquer la notion de ''Vérité-toute-nue''. La Vérité* existe sans l'habillage des croyances, des concept ni de superstitions.

 

"Il n'y a pas d'autres vérités que La Vérité"

[Bhaktimàrga 1-4-46]

 

Trop souvent il vous est proposé des vérités en packs, comme par exemple celle du Christ, Jésus de Nazareth: il serait né, par l'opération du Saint-Esprit, des entrailles d'une vierge. Il aurait ressuscité les morts, transformé l'eau en vin et multiplié les pains afin de nourrir les multitudes. Il aurait marché sur l'eau, serait mort crucifié et aurait ressuscité le troisième jour. Il était le fils de Dieu.

 

Croire

 

Nous sommes priés de croire cet ensemble. Jésus le Nazaréen était celui qui baptisait dans l'Esprit-Saint et dans le feux, celui qu'annonçait Jean le baptiste et dont seulement trois disciples, lui obéissant, suivirent le Messie. Les autres refusant de reconnaître le Christ en tant que tel. Encore aujourd'hui les disciples du Baptiste [les Nazoréens et les mandéens] refusent le statut de Messie au Christ et le croient faux-prophète. Il était en son père et son père était en lui et chacune de ses paroles, que les évangiles nous ont rapportées, est vraie.

 

Presque toutes les évangiles ont été rédigées par des hommes qui avaient connu Jésus, contrairement aux sûtras qui sont censés être la transmission fidèle des paroles de Sri Gautama et qui ont été rédigées aux premiers siècles de l'ère chrétienne soit quatre cent à quatre cent cinquante ans après la désincarnation du Bouddha ou le Sutta pitaka, qui aurait été rédigé au premier siècle avant notre ère, et près de trois cent cinquante ans après le départ de Sri Gautama, sur des supports végétaux qui ont été tous détruits avec le temps, sauf un retrouvé au dix septième siècle de notre ère. Jusqu'à ces livres les paroles du Bouddha avaient été transmises oralement de disciples à disciples. Vous connaissez les erreurs que génère ce genre de transmission.

 

Si on met en doute les miracles de Jésus, parce qu'ils heurtent notre esprit, notre logique et la science elle même, devrait-on rejeter la divinité du Christ, sa filiation et son message ? C'est là le propre des religions, de leurs dogmes, credo et autres gnoses.

 

Chaque religion possède son credo

 

Celui des catholiques est : « Je crois en un seul Dieu, Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre et de toutes les choses visibles et invisibles.

 

Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, Dieu issu du Dieu, lumière issue de la Lumière, vrai Dieu issu du vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait, qui pour nous, les hommes, et pour notre salut est descendu des cieux.

 

Il s'est incarné du Saint-Esprit par la Vierge Marie, et s'est fait homme. Crucifié pour nous aussi, sous Ponce Pilate Il a souffert et a été enseveli ; Il a ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures et Il est monté au ciel ; Il siège à la droite du Père et pour la seconde fois Il va venir en gloire juger les vivants et les morts, Lui dont le règne n'aura pas de fin.

 

Je crois en l'Esprit saint, qui est Seigneur et qui donne la vie, qui procède du Père et du fils qui est à la fois adoré et glorifié avec le Père et le Fils, qui a parlé par les Prophètes. Je crois l'Église une, sainte, catholique et apostolique. Je reconnais un unique baptême pour la rémission des péchés, et j'attends la résurrection des morts et la vie des siècles à venir. Amen. »

 

Celui des musulmans est : « la ilaha ila llah Mouhamed rassoulloullah » il n’y a d’autre divinité, en vérité, qu’Allah et que Mouhamed est le Messager d’Allah.

 

C'est le propre des religions :

accepter tout ou tout refuser

 

La Vérité universelle, selon la voie, est dans les évangiles mais comment un esprit intelligent peut-il croire que l'on puisse marcher sur l'eau ? Que l'on naisse par l'opération du Saint-Esprit ? Que l'on ressuscite les morts ? Le mode de rédaction des évangiles était courant à l'époque et y était mélangées les vérités et les allégories.

 

Ne pas croire aux miracles nous oblige t-il à ne pas entendre et reconnaître les paroles de Jésus comme ''paroles d'évangile'' ? Refuser de toute notre raison que Jésus soit mort sur la croix et qu'il soit ressuscité trois jours après sa dépose dans le tombeau fait t-il de nous quelqu'un qui n'aime ni ne respecte la singularité d'essence divine du Christ ? Le Christ n'avait pas besoin de miracles pour être le Christ.

 

Certains scientifiques et autres refusent la vérité christique parce qu'ils refusent de croire ce que leur raison refuse...la science, l'intelligence et la raison sont-ils incompatibles avec la spiritualité* et l'Amour* de Dieu ?

 

Pourquoi ne pas croire

 

En Vérité non, il est possible de croire en Dieu et en son Amour et d'espérer en Lui sans perdre notre raison ni accepter ce que les religions nous proposent. Sur la voie la pratique ne relève pas d'une croyance mais d'un constat : au moment de la Révélation* des quatre techniques, l'aspirant* Marcheur* reçoit les preuves tangibles de l'existence de la Lumière* dont parlent les religions. Il peut la voir briller en lui, les yeux fermés et reçoit la technique de Méditation* qui lui permettra de la revoir chaque fois qu'il la pratiquera.

 

Il existe une vertu que la vision régulière de la Lumière apporte au Marcheur assidu et cette vertu est le discernement. La capacité à discerner le bon grain de l'ivraie, comme disait Jésus. En beaucoup de livres, considérés comme saints, existe une ivraie importante. Mais il y a aussi un bon grain avec lequel il est possible de faire la farine de son pain quotidien.

 

La Vérité toute nue

 

C'est la ''vérité-toute-nue'', débarrassée du fatras confus des croyances aveugles et des superstitions communément admises comme vérités. Il est possible de concilier spiritualité et raison. Quand quelque chose heurte votre raison, la logique et les données avérées de la science, c'est souvent parce qu'elle est fausse, qu'elle ne se peut pas.

 

 

Oui, Jésus était en son père et son père était en lui et il n'a nullement été besoin qu'il fût né dans le sein d'une vierge pour cela. La naissance normale est suffisamment miraculeuse pour qu'il ne soit pas nécessaire d'en inventer une autre...à moins que les pères de l’église aient considéré la sexualité comme impure et indigne de la divinité.

 

 

Mais sommes-nous, pour autant, obligés de plier notre raison et notre discernement afin de les faire passer sous les fourches caudines de leur pudibonderie ? La voie n'est pas une religion. Elle peut être rangée dans la case de la spiritualité mais n'est pas comme option sur la carte de notre programme de développement personnel.

 

Ne rien interdire

 

La voie est la vie elle même et vient tout englober sans rien interdire

chaque Marcheur fait selon sa Conscience* et le vécu qu'il aura de

l'Observance* de l'Agya* sera proportionnel

à ce qu'il s'y consacrera,

''chacun sera payé selon son mérite'' .

 

 

Aucun interdit, aucun tabou sur la voie, ni préconisation morale, alimentaire, vestimentaire, comportementale. Chez les amish, aux états unis, tout est normé, chaque facette de leur existence, même les plus ''triviales'' et pratiques. Par exemple : la couleur des harnais des chevaux doit être verte. Si un amish équipe son cheval d'un harnais marron, bleu ou d'une couleur différente au vert imposé, la communauté de l'église l'excommunie.

 

Leurs saintes écritures sont en langue allemande ancienne, la même que celle de leurs ancêtres. Ils ne la comprennent plus mais continuent de ''lire'' les saintes écritures dans cette langue, comme si les catholiques d'aujourd'hui célébraient la messe en latin.

 

Il est strictement interdit aux amish de discuter de religion, de Dieu et des écritures en dehors de l'église, sous peine d'excommunication. Pour les musulmans et les juifs il est interdit de manger du porc. Pour d'autres ce sera autre chose.

 

Sur la voie il n'existe rien de tel

 

 

Le libre-arbitre est respecté car donné à l'homme par la volonté de Dieu et absolument nécessaire pour permettre le retour, en toute Conscience et liberté, des âmes* à leur créateur. Ce que Dieu a fait l'homme ne peut le défaire et le libre-arbitre doit être laissé aux hommes.

 

Beaucoup de Marcheurs sont végétariens ou le deviennent après quelques mois d'Observance de l'Agya. Ils ne le font pas parce que le guide* le leur demande, mais parce qu'ils en ressentent la nécessité au plus profond d'eux. Les choses doivent venir spontanément, d'elles même, en toute liberté. Seule l'Observance de l'Agya et la teneur des techniques de Méditation sont fixées. Personne ne vérifie que le Marcheur observe l'Agya. C'est au Marcheur de contacter le guide et de lui soumettre ses questions. Jésus disait à ses disciples :

 

''Et vous, n’avez-vous rien à me dire ? Pourquoi serait-ce la source qui devrait aller au devant des pèlerins ? Le pèlerin oublie parfois qu’il a des jambes pour marcher. Il oublie que ce n’est pas la route qui défile sous lui mais son esprit qui se projette vers l’horizon. Demandez, si votre intention est de recevoir. Lorsque la terre a soif, C’est elle qui doit appeler la pluie.''

[évangile de Marie]

 

 

Satsang en relation:

 

-Le principe de réalité

-Paroles initiatiques du Christ

-Regarder la Vérité en face

-Simple comme la Vérité

 

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #vérité, #yogaoriginel, #lavoie, #spiritualité

Partager cet article

Repost 0