Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Christ disait que pour renaître au Royaume il fallait mourir au vieil homme et il ne parlait pas de la mort !  Ici c'est la même image mais à la mode d'aujourd'hui: quand votre Windows est en vrac réinitialisez votre PC. C'est la Méditation profonde.

 

 

Résumé :


 

Le fonctionnement du mental et du système nerveux, pour l'être humain vivant dans un milieu qui n'est ps prévu pour lui, les grandes villes stressantes, la productivité du travail, une vie de famille génératrice de souffrance à cause du rythme de vie génère des résidus psychiques qui l'empêchent de fonctionner normalement.

 

Il s'en suit de la confusion et de la souffrance. Il faudrait pourvoir faire comme on fait pour un ordinateur : le réinitialiser. C'est possible grâce à l'Agya du yoga-originel. L'Agya est un ensemble de trois pratiques qui couvrent l'existence du lever au coucher, en vivant une vie normale, et qui permet de se réinitialiser, de se ré-étalonner.


[Les mots marqués d'un astérisque* ont leur explication dans le lexique]

 

 

Redémarrage


Tous ceux qui utilisent un ordinateur connaissent le redémarrage qui

désigne la réinitialisation. Quand vous faites un redémarrage c'est parce

que l'ordinateur dysfonctionne à cause d'applications

fonctionnant en arrière plan malgré vous.


La même chose à l'intérieur

 

Il arrive que votre mental*, votre intellect accumule toutes sortes d'informations, conscientes ou inconscientes, venues de stimuli, d'événements bons, moins bons ou mauvais, de pensées, de spéculations, de rêves etc. Ces informations laissent des traces qui impactent votre quotidien.

 

Parfois ça se manifeste sous la forme de culpabilité, de doutes, de regrets, d'attachements ou de désirs inextinguibles. Il y a aussi la mémoire cachée où sont l’inquiétude, la tristesse, la colère et la peur. Autant d’inépuisables sources de bugs qui plantent votre système d'exploitation, le mental.

 

Vous êtes comme ces ordinateurs qui ont trop chauffé

 

Il y a en vous tant de scories, de restes de l'activité du mental et des sens que vous êtes bloqué, incapable de faire la différence entre le vrai, le faux, entre l'objectif et le subjectif. D'outil, le mental devient maître. Vos fantasmes deviennent réalité et vous basez vos actes sur une illusion. Si vous êtes dans ce cas, vous êtes le candidat idéal à un redémarrage.

 

 

C'est ce que permet la voie

 

Elle vous offre une façon de revenir à votre état d'origine, à l'instant présent. Dans cet instant les interférences du mental disparaissent. La fragmentation fait place à l’unité.

 

"L'Un et Son Nom sont la source du monde, la voie mène à l'unité "

[Bhaktimàrga 2-1-1]


L'existence est un voyage de retour à votre état d'origine et ce n'est pas parce que le voyage peut sembler long qu'il ne faut pas profiter du paysage...et puis l'existence est belle, même si elle n'est pas parfaite ni exempte de souffrances. La pluie après le soleil, le soleil après la pluie, c'est ainsi et il faut l’accepter puisque vous n'y pouvez rien.

 

Des raisons de souffrir

 

Des raisons de souffrir il y en a toujours, qu'elles soient liées à votre propre vie ou à celle de tant d'autres gens, à travers le monde, qui sont les victimes d'injustices et de cruautés. Les retrouvailles entre votre Conscience* et la Paix* intérieure n'empêchent pas l'empathie.

Pour vivre bien il faut vivre comme ce qui a été prévu pour vous. Un poisson de mer vivra mieux dans l'eau salée que dans celle d'un lac. Un orang-outan vivra mieux au plus profond d'une forêt primaire, à la cime des arbres, que dans une cage. C'est ainsi : à chaque espèce son biotope.

 

L'être humain n'a pas été prévu pour vivre là où il vit aujourd'hui, en tout cas dans les sociétés développées. Cette inadéquation du milieu à l'être-humain n'est pas causée par la modernité. C'est la motivation capitaliste qui fait violence à sa nature.

 

Un soir, à la télévision

 

Un reportage montrait, à la télévision, la vie d'agriculteurs du Ladakh cultivant l'orge. Quand il faisait grand vent ils jetaient en l'air les céréales, après les avoir battues, pour séparer les grains des épis.

 

 

Pendant ce travail ils chantaient la gloire du vent venu des montagnes voisines et riaient beaucoup. Ensuite ce reportage montra ces gens, plus tard, qui faisaient le même travail mais avec un tracteur et une machine à lui accouplée. Cette machine triait automatiquement le grain et la paille. Il suffisait d'une personne à l'arrière, pour la charger et d'une autre sur le tracteur pour abattre un travail qui demandait dix fois plus de temps et de gens.

Une agricultrice disait que la productivité avait considérablement augmentée et qu'ils gagnaient plus d'argent et du temps. Puis elle dit :

 

« Nous gagnons plus d'argent mais pour quoi acheter ?

Nous gagnons du temps mais pour quoi en faire ?

Nous ne chantons plus, à cause du bruit du moteur

et nous ne travaillons plus ensembles, nous ne rions plus... »

 

« Nous gagnons plus d'argent mais pour quoi acheter ?

Maintenant nous avons plus d'argent

mais je ressens une tension mentale que je ne connaissais pas avant.

Nous avions moins d'argent, moins de confort et moins de biens

mais nous étions heureux.

Maintenant cette tension me fait souffrir et mes désirs augmentent... »

 

"Dépasse ta nature matérielle qui t'attache à l'illusion,

Libère-toi de la dualité et de tes désirs, reste dans la Grâce de l'Agya"

[Bhaktimàrga 2-2-16]


Le milieu de compétition

 

C'est ce milieu où l'homme vit et qui n'est pas adapté à sa nature : le besoin d'efficacité, de productivité, de course à la performance et à l'augmentation des gains. Depuis l'enfance, dans les écoles primaires, jusqu'à la retraite nos sociétés vous font croire que le but de l'homme est d'être productif, performant.

Le but de l'homme est-il vraiment d'être utile à l'établissement de richesses financières en produisant toujours plus et à bas-coûts ? Non, certainement pas et la preuve en est cet état de tension mentale qui le fait tant souffrir et en pousse beaucoup à la dépression nerveuse et d'autres au suicide.

La modernité n'a rien à y voir : on peut-être moderne et ne pas être fou ! Maintenant le monde vit sous le règne du veau d'or qui vous mène à l'abattoir. ''Foule sentimentale, soif d'idéal...'' comme dit la chanson. Les politiciens, qui n'y comprennent rien, vous promettent plus de compétitivité alors que vous rêvez d'idéal. Le politique qui parlera d'idéal, de solidarité gagnera vos voix !

Cet idéal est en vous et c'est en réinitialisant votre système d'exploitation que vous le trouvez. C'est cela que la voie propose : les moyens, à travers l'Agya*, et les quatre techniques révélées, de se débrancher et de retrouver cet état initial, cet état normal de l'humain.


 

Satsang en relation:

-Venir au Royaume

-Notre base référentielle

-Notre véritable valeur

 

 

Avec un smartphone, ou certaines tablettes, le blog est moins confortable

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur

Tag(s) : #Nous, #soif, #confusion, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0