Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici expliqué les origines de la voie et de son yoga-originel. Je sais que ce qui est décrit ici est sujet à doutes et controverses mais je vous donne notre histoire, pour ce qui est de la croire ou pas c'est de votre ressort ! Les références données sont vraies.

 

 

In english

 

Résumé :

 

Le nom de ''voie de la Liberté'' a été donné récemment à la voie pour la distinguer d'autres pratiques qui portent un nom auquel elle aurait droit mais qu'elle ne peut revendiquer ni porter à cause des différences majeures qu'il y a entre son yoga-originel et ces pratiques en question : Raja-yoga, Veda, yoga.

 

Nous aurions pu la nommer ''la voie du yoga'' mais comme il existe de nombreux yoga, et que la majorité des occidentaux croient que le yoga c'est le hatha-yoga, avec ses postures, nous ne l'avons pas fait. Il est à noter que le mot yoga a très longtemps voulu dire liberté, libération avant de signifier union, unité. A l'époque de Patanjali le mot yoga avait ce sens de liberté. C'est la raison du nom.

 

Nous aurions pu aussi la nommer ''la Connaissance'' mais comme un guru célèbre des années 70-80 a déjà donné ce nom à son enseignement nous ne l'avons pas fait. Pourquoi Connaissance ? À cause de la Shruti, ou ''Connaissance-révélée'' qui est la mystique du yoga-originel comme la première école Sâmkhya. Mais cette Connaissance non-apprise existait avant Kapila.

 

La voie a souvent changé de nom, selon l'époque et la langue des locuteurs qui la suivaient. Cette Voie spirituelle existe depuis plus de 8000 ans et aurait sa source sur les rives de l'Indus au sein de la civilisation Harappéenne.

[l'astérisque* renvoie au lexique]


 

Introduction


Voici quelques éléments d'information à propos de la voie (de la Liberté) et de ses origines. Le nom ''la voie de la Liberté'' est inconnu de beaucoup et ça n'a rien d'étonnant : il a été donné récemment à une voie existant depuis très longtemps et qui est a l'origine de beaucoup de voies spirituelles connues.

 

Pourquoi lui avoir donné ce nom

 

La voie est aussi différente des spiritualités*

dont elle est à l'origine, telles qu'elles sont pratiquées actuellement,

que celle des premiers chrétiens, qui se désignaient

comme ''les instruits dans la voie du Seigneur ''

l'était de celle des orthodoxes russes,

aussi différente que la Méditation* du Bouddha

l'est des pratiques du bouddhisme tibétain.

 

 

Ce nom de la voie de la Liberté lui a été donné pour la différencier de toutes ces pratiques qui se prévalent de son héritage mais n'ont rien de commun avec elle. Ce nom existe, en Inde, même s'il est peu connu. Il désigne la voie du milieu, mais elle n'est pas la voie du milieu dont il est question dans le bouddhisme d'aujourd'hui.

 

 

Elle aurait pu se nommer simplement : la voie-du-milieu ou Madhyama-màrga (nom qu'elle a eu à une époque). En Inde elle serait le Raja-yoga, mais les pratiques de ce yoga* n'ont plus rien à voir avec celui des origines, tel qu'enseigné par Krishna jusqu'à l'époque de Patanjali.

 

 

 

Yogascittavrttinirodhah: ''la liberté1 est l'indifférence aux activités du mental''.

[traité du yoga ou yogasûtra]

 

La version de la voie:

Origines de la voie

 


Nous soutenons que la voie a ses origines dans la civilisation harappéenne datée de cinq mille à mille neuf cent ans avant J.C. Les premiers livres des Védas semblent être inspirés par l'enseignement issu de cette civilisation disparue brutalement à cause d'une catastrophe climatique et/ou tectonique et à la migration, qui s'en est suivie, de sa population vers l'Est, en Inde du Nord puis jusqu'au bassin du Gange.

 

Certains attribuent le mérite des écrits védiques aux Aryens venus d'Asie centrale. D'autres doutent que ces Aryens aient envahis brusquement le sous-continent indien, en imposant leur culture et leur langue, le sanskrit, préférant la version d'une inter-pénétration des différentes cultures présentes, en cet endroit et à cette époque. Ce processus s'est déroulé sur plusieurs centaines d'années.

 

Ainsi les Harrapéens et les Aryens se seraient rencontrés

sur une longue période et assemblés en un nouveau peuple.

La culture spirituelle des harrapéens

aurait très fortement influencé les Védas.

De cette interpénétration culturelle

serait né le védisme des débuts.

 

Échos de cette voie

 

Il est à noter également que certains enseignements de Zarathoustra [Zoroastre], dans l'Iran antique (la Perse), avaient des points communs avec ceux délivrés par la spiritualité harappéenne dont, pour nous, la voie est l'héritière. L'origine du védisme, serait la même et la parenté entre cette origine et la spiritualité harrapéenne est flagrante à la lecture de la Bhagavad-Gîtâ.

 

Zarathoustra était Perse, or la Perse de son époque débordait largement l'Iran actuel pour englober l'Afghanistan et une partie de l'Asie centrale, ainsi que le bassin des deux grands fleuves de l'Inde septentrionale, l'Indus et le Gange.

 

La spiritualité existait fortement dans la civilisation harrappéenne

et ressemblait, selon certaines représentations

iconographiques retrouvées dans les fouilles

de la cité de Mohenjo-Daro, au yoga à voir

les postures dessinées sur des poteries

et ressemblant très fortement à la posture du lotus.

Or à cette époque Patanjali n'existait pas encore,

il s'en faut de trois ou quatre milles ans.

 

 

 

La fin des harappéens, sous cette dénomination

 

La date supposée de la fin de cette civilisation correspond exactement aux débuts des Védas ( vers 1700 ans avant notre ère) et de la religion hindouiste originelle, qui était très différente à ce qu'elle est devenue par la suite. Les Védas et l'hindouisme sont issus directement (bien que très déformée) de la spiritualité de la civilisation harrapéenne ainsi que, concomitamment, la religion jaïne, indépendante de l’hindouisme malgré leur origine commune. Il faut savoir que le peuple harrapéens a vu sa culture spirituelle mélangée à celle des peuples rencontrés au cours de son exode.

 

La langue sanskrite [langue des peuples qui habitaient

le nord de l'Inde à cette époque] a permit l'écriture

de l'enseignement de la civilisation harrapéenne,

qui se transmettait jusqu'alors uniquement de manière orale.

Les textes védiques parlent

de l'origine harrapéenne de leur enseignement.

 

Le fleuve Indus est peut-être le fleuve Sarasvatî -décrit par les Védas- à moins qu'il ait disparu à cause d'une catastrophe brutale, comme un méga séisme, qui aurait détourné son cours. Des photos satellites récentes, de l'Inde du Sud-Ouest, montrent les traces d'un bassin fluvial disparu qui pourrait bien être celui du fleuve védique Sarasvatî. Sur les rives de ce fleuve vivait un monde qui aurait été parfait, spirituellement, proche de l'utopie, toujours selon les Védas.

 


Influences

 

La spiritualité zoroastrienne a la même origine, via le mazdéisme et le manichéisme de Mani. Platon s'en est inspiré. Il est à noter que la religion jaïn puise son origine dans le pré-jaïnisme [la tradition jaïna] qui est originaire des rives de l'Indus et de la civilisation harrapéenne.

Le bouddhisme puise ses origines dans la tradition jaïne et sri Gautama était un des élèves de Gosala, comme le réformateur du jaïnisme Mahavira au même moment. Le Samaññaphala Sutta du canon pàli bouddhique mentionne Gosala.

 

 

Il semble que la spiritualité des rives de l'Indus

ait eu une influence majeure sur l'évolution spirituelle

de la pensée humaine à partir d'il y a de cela 8000 à 9000 ans.

Le monde était alors centré sur le Moyen-Orient,

l'Iran qui allait jusqu'aux bords du Gange.

Cette évolution a duré jusqu'aux débuts du christianisme.

 

Les échanges de cette époque

 

Les échanges commerciaux, intellectuels et spirituels étaient intenses par les caravanes allant, sur la route de la soie, jusqu'au Liban actuel, puis vers la Grèce antique et de la Grèce vers Rome et toute l'Europe.

 

 

Cette époque et cette région du monde étaient le siège des plus grands bouleversements de la conscience humaine  depuis sa création. Cela a continué avec l'invention du judaïsme, de l'écriture et le christianisme est l'héritière directe du judaïsme. Le nom donné à cette époque par les spécialistes est : néolithique-supérieur.

Les origines de la voie remontent donc au moins au néolithique-supérieur. Les noms ont changés, les maîtres se sont succédé et leur enseignement a reçu, sans cesse, de nouveaux apports. Les religions sont les héritières de ces apports. Ce message est on ne peut plus simple et le compliquer, par des dogmes et des noms anciens ne lui ajoute rien, bien au contraire. La voie a changé de nom à chaque fois que des langues différentes en parlaient.

Le Taoïsme, le sikhisme, les Radhasoami, le bouddhisme, le védisme, la mystique du Christ et d'autres encore, comme le manichéisme sont apparentés à la voie, même s'ils ne le savent pas.

 

"L'Un et sa Création ne Sont qu'Un,

La voie parfaite est le chemin du Royaume"

[Bhaktimàrga 1-1-47]

 

1/Yoga a signifié liberté, libération très longtemps, avant de signifier unité, union. A l'époque où Patanjali (sans doute plus une ''marque'' que le nom d'une personne) a rédigé les yogasûtra le mot yoga avait cette signification c'est pourquoi la traduction de ce mot, dans le traité du yoga (version du yogasûtra par la voie) a été Liberté.

 

 

Satsang en relation:

 

-Donnez du grain à la pierre

-La prière silencieuse des mystiques

-Le mysticisme n'est pas une obligation

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #origines, #spiritualité, #yoga, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0