Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S'accomplir oui mais s'il n'est pas essentiellement mauvais de s'accomplir socialement, humainement il est un accomplissement fondamental qui est négligé et qui, pourtant, est...fondamental ! Vous n'êtes pas né par hasard. Vous avez quelque chose à faire.

In English

 

Résumé :

 

Dans l'existence, durant ce temps qui nous est donné, l'important est de s'accomplir mais l'accomplissement dont il est question ici n'est pas social ni sentimental ni même intellectuel. Je parle ici de l'accomplissement spirituel, c'est à dire d'accomplir ce pour quoi cette vie vous a été donnée.

 

Votre vie vous a été donnée pour que vous continuiez à vous rapprocher du but, de la Libération du cycle des incarnations à force de vous raffiner l'âme, ceci afin de revenir à votre ''milieu'' d'origine (le Royaume ou Satçitananda) en toute Conscience et liberté.

 

Cette priorité au centre de vos préoccupations vous pouvez alors vous accomplir d'un point de vue social, sentimental et/ou intellectuel, artistique.

 

 

Le propos de sa vie

 

Vous le savez, vous qui cherchez ou allez sur une voie spirituelle, que le propos de l'existence n'est pas seulement de vivre en attendant de mourir, ni d'acheter, sur vingt-cinq ans, une maison que vous n'êtes pas sûr de pouvoir payer jusqu'au bout et que, même si vous y parveniez, vous n'êtes pas sûr de pouvoir habiter jusqu'au bout : tant et tant de personnes âgées sont obligées de vivre dans des établissements médicalement assistés, laissant leur maison, si chèrement acquise, inoccupée.

 

Vous ne vous installez pas, dans l'existence, comme si vous deviez y rester toujours, conscient de votre impermanence et tournez votre regard vers l'intérieur. Beaucoup de personnes, attirées sincèrement par l'Amour* de L'Un*, veulent lui vouer leur vie et la façon qu'ils ont trouvé de le faire est de marcher dans les pas des saints, oh pas en faisant nécessairement comme eux, mais en s'inspirant d'eux pour cultiver une part de leurs vertus.

 

[l'astérisque* renvoie au lexique]

 

Se rapprocher de Dieu

 

Ces personnes sont tournées vers les autres et se préoccupent de leurs problèmes, cultivant l’altruisme et l'empathie. Plus encore : elle mettent la générosité, le partage fraternel, la compassion au dessus de tout, confondant ainsi les conséquences du cheminement et le chemin.

 

Ces généreuses personnes se trompent, ce qui n'enlève rien à leurs vertus : ce n'est pas en étant gentil que l'on se rapproche de Dieu, c'est en se rapprochant de Dieu que l'on devient gentil. Quand on explique, à ces chercheurs*, qu'il leur faut tourner leur regard vers l'intérieur d'eux même pour y trouver la présence de cette part de L'Un qui fait que l'on existe, ils répondent : ''Il ne faut pas se tourner vers soi, égoïstement, mais vers ses frères...''

 

N'est-ce pas étrange cette façon de penser binaire ? Alors il faudrait soit se tourner vers l'intérieur de soi, pour y rencontrer L'Un, soit se tourner vers nos frères ? Soi l'un, soit l'autre ? De deux choses l'une : soit nous avons une propension à nous tourner vers les autres, soit non. Si nous avons cette propension, alors nous sommes naturellement tournés vers les autres et la recherche spirituelle n'a rien à voir avec ça ; c'est notre nature, une belle et bonne nature et nous suivons notre penchant. Si nous n'avons pas cette nature il est inutile de faire semblant.

 

Se tourner vers la Paix*

 

L'important est de se tourner vers où se trouve la part de Divin la plus

proche de vous. Le plus proche ce n'est pas les autres, le plus proche

ce n'est pas le bout de votre nez , non :

le plus proche de vous c'est le dedans de vous.

 

Quand vous faîtes cette démarche vous rencontrez cette part du Divin car elle est là : en vous. Quand votre Conscience* rencontre cette part de Divin qui est en vous alors vous rencontrez, en même temps, la part de Divin qui est en vos frères et sœurs humains et vos cousins, plus ou moins proches, les autres créatures, animales et végétales. N'ont-ils pas cette même part de Divin ? Ne sont-ils pas vivants eux aussi ?

 

 

Compatible avec la vie en société

 

La voie du dedans n'est pas incompatible avec la vie en société ni même avec une conscience sociale très développée. Il y a le domaine spirituel, individuel : on naît seul et on se désincarne seul n’amenant personne avec soi, et il y a le domaine du dharma* qui peut, si on en a la volonté, embrasser le monde et ses créatures. On peut militer pour la sauvegarde de la biodiversité, contre la déforestation des forêts de Bornéo ou/et de l'Amazonie. On peut militer pour la justice à travers le monde ou, même, pour un parti politique sans pour autant oublier la raison première de notre venue sur terre et si vous avez une phobie sociale ou le gout de la solitude eh bien ne vous forcez pas: vous pouvez aussi accomplir la raison de votre venue.

 

'' Préoccupe toi en premier du Royaume et tout le reste te sera donné de surcroît '' Disait le Christ.

 

S'il faut penser, et il faut penser, pensez en sphère et non pas en cercle...la pensée n'est pas l'ennemie, quand c'est votre Conscience qui en use afin de régler une problématique qui relève du dharma. Le mental*, l'intelligence, l'instruction ne sont pas les ennemis de l'âme pas plus que des freins à la vie spirituelle.

 

Ce n'est pas fromage ou dessert

 

Bien sur que lorsque l'on est assis pour méditer profondément, à ce moment là ce n'est pas le temps de cogiter...il y a un temps pour tout. Mais quand c'est la Conscience, apaisée par la communion avec la Paix du dedans, qui utilise le mental alors la pensée n'est pas une ennemie, mais un outil.

 

Sur la voie ce n'est pas fromage ou dessert mais fromage et dessert .

Remettez chaque chose à sa juste place et n'opposez pas ce qui ne l'est

pas : le matérialisme n'est pas opposé à la spiritualité* ni le corps à

l'âme, ni se tourner vers les autres n'est opposé à se tourner vers le

dedans de soi, où réside la réponse à toutes vos questions et la

solution à votre plus grand problème :

être sans Lui, orphelins perdus dans l'existence.

 

Il est des gens qui se dévouent aux autres et qui éprouvent, à le faire, une satisfaction que seul ce dévouement leur apporte. Pourtant leur dévouement, aussi beau soit-il, ne leur apportera pas l'accomplissement du propos de leur vie. Quand on s'oublie, que ce soit en méditant ou en se dévouant, on ressent la Paix, la vraie satisfaction le Saint-Nom*, rien que de très normal : il est en dedans de nous.

 

Mais de ressentir le Saint-Nom n'est pas suffisant pour accomplir la raison de sa vie, non : il faut aussi le faire tant et tant que la Conscience s'en trouve approfondie. C'est le propos de la voie.

 

"Chaque incarnation donne à l'âme un peu plus de Conscience"

[Bhaktimàrga 1-2-14]

 

 

Satsang en relation:

 

-Récompensé d'assumer son dharma

-Le véritable but de la vie

-Naître de nouveau

 


Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #but, #yogaoriginel, #bonheur, #lavoie

Partager cet article

Repost 0