Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Tao est un vide inépuisable, il est si profond ! De lui sont sortis tous les êtres vivants. Éternellement, il émousse ce qui est pointu, dénoue le fil des existences, fait jaillir la lumière. Du rien, le Tao crée toute chose, sa pureté est indicible. Il n'a pas eu de commencement, il est. Nul ne l'a engendré; il était là avant le maître du ciel.

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

Si vous tenez à partager ce texte, copiez-collez son adresse

 

Tao-Te-King entier

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

« Le Tao est un vide inépuisable, il est si profond ! De lui sont sortis tous les êtres vivants. Éternellement, il émousse ce qui est pointu, dénoue le fil des existences, fait jaillir la lumière. Du rien, le Tao crée toute chose, sa pureté est indicible. Il n'a pas eu de commencement, il est. Nul ne l'a engendré; il était là avant le maître du ciel (soleil). » (Tao-Te-King, 1 :4).

 

Dieu, la vérité

 

Ici nous avons une description qui est celle qui pourrait être celle de Dieu. C'est juste une question de vocabulaire. Cette description est aussi celle de la vérité. Quand je parle de vérité, dans mes différents textes et satsang, c'est de ça dont je parle, de ce qui n'est jamais né, qui ne mourra donc jamais, de ce qui est commun à tout et qui est hors de l'espace et hors du temps, infiniment grand comme infiniment petit.

 

La vérité dont je parle, en général, n'est pas le contraire du mensonge, ou du « pas vrai », de celles que des journalistes ou des policiers, voir des scientifiques peuvent découvrir, mettre à jour. La vérité-universelle, en spiritualité, est très exactement décrite par cette phrase quatre du livre un du Tao-Te-King.

 

Quand il est dit que le Tao « ...est un vide inépuisable », ça ne signifie pas qu'il n'est rien, car le vide n'est pas rien. Le vide est défini comme l'absence de matière, mais qu'est-ce qu'une matière ? Est-ce que l'énergie est une matière ? Une matière c'est une substance qui constitue le monde sensible, les corps, que l'on peut connaître par les sens.

 

La matière fait partie du monde phénoménal, mais l'origine de tout n'est pas phénoménale. Ici le mot phénoménal ne signifie pas « qui sort de l'ordinaire », il y a un mot pour dire ça : « Extraordinaire ». Ici phénoménal se rapporte à ce qui est quantifiable, que l'on peut appréhender par ses sens, qui a une apparence.

 

Lao-Tseu a déjà parlé de ça, mais en d'autres termes. Dans la phrase une du livre premier, il y a ce passage : « Une chose est l'être, l'autre le non-être et ces deux choses, le non-être et l'être, s'ils ont des noms différents, ont la même origine. Le non-être est le Tao, l'être est ce qu'il a créé par sa vertu, qui est son énergie. C'est ainsi que le non-être habite l'être ».

 

Ce « vide inépuisable », d'où tout est issu est le non-être. Les êtres, les créatures, la création sont du monde phénoménal, ils ont une apparence et une durée. Le Tao n'est pas né, ainsi il n'aura jamais de fin. Il n'a aucune limite dans l'espace-temps. C'est ainsi qu'il est le non-être, un vide inépuisable.

 

Le cycle du samsara

 

« Éternellement, il émousse ce qui est pointu, dénoue le fil des existences, fait jaillir la lumière ». Comme l'eau d'un torrent transforme les pierres pointues, blessantes en galets, le Tao, ce vide inépuisable, transforme, érode toutes choses, ainsi le pointu s'arrondit, l'âme se raffine et dénoue les vies, puis les renoue sans fin, ou presque. L'âme est comme une pierre blessante qui roule dans les flots du Tao. Lao-Tseu aimait bien comparer le Tao et l'homme sage, vertueux avec l'eau :

 

« L'homme vertueux est comme l'eau : l'eau excelle à se rendre utile à tant d'êtres et, fluide, elle ignore la lutte, coulant dans la pente sans obstacles. Elle aime les lieux que déteste la foule. Les hommes veulent toujours s'élever, l'eau va toujours du plus haut au plus bas.

C'est pourquoi le sage, qui ressemble à l'eau, se rapproche du Tao. Il se plaît dans l'humilité, son cœur aime la profondeur. S'il fait du bien à autrui, il le fait sans vaine émotion. S'il fait des promesses, il les tient toujours. S'il gouverne, il apporte à tous la paix et la vertu. S'il agit, il le fait le mieux possible.

Se mettant en mouvement, il se soumet à la Guidance. Comme l'eau, il ne lutte contre personne ; c'est pourquoi aucun blâme ne l'atteint. Quand l'eau rencontre un obstacle, elle le contourne sans se battre. ». (Tao-Te-King, 1:8)

 

« Un grand royaume doit être comme un plaine où toutes les eaux arrivent. Le rôle de la femelle, dans le monde, est comme cette plaine : en restant passive elle prend le pas sur le mâle. Cette passivité est la force de la femelle. En restant en repos, elle triomphe constamment du mâle ». (Tao-Te-King, extrait de 2:61)

 

Le reste de la phrase que nous étudions dans ce texte, se passe de commentaires, je crois. Si le Tao n'est jamais né, il était là avant le soleil !

 

 

 

Avec un smartphone, ou certaines tablettes, le blog est moins confortable

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur

Tag(s) : #laotseu, #taoteking, #spiritualité, #humilité, #bonheur, #méditation, #lavoie

Partager cet article

Repost0