Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Grâce, c'est la conscience de la présence de la volonté divine dans notre existence : Quand on cherche du travail, en trouver, quand on fait du stop, quelqu'un s'arrête, quand on a faim, quelqu'un nous offre à manger. Mais la Grâce ne fait pas les choses pour nous. La voiture s'arrête parce qu'on a levé le pouce.

Si vous tenez à partager ce texte, copiez-collez son adresse

 

 

 

 

 

En vélo, tant que l'on pédale, on avance. Quand on cesse de pédaler, on continue d'avancer un peu, puis vient le moment où le vélo va tomber. Pour le service, quand on cesse de pratiquer le Saint-Nom, tout va bien grâce à l'élan, mais vient le moment où l'on doit recommencer la technique, tout en vaquant à ses occupations. Une chose à éclaircir : on peut ressentir le Saint-Nom sans pratiquer la technique, comme on peut pratiquer la technique sans ressentir le Saint-Nom et on peut ressentir le Saint-Nom en pratiquant la technique, mais la technique, il faut la pratiquer pour être dans le service. Il ne s'agit pas d'être bien, mais d'être dans l'Observance. On peut ne pas ressentir le Saint-Nom pour des tas de raisons, comme, par exemple, un dérèglement de la thyroïde, une fatigue excessive, un stress important, une mauvaise hygiène de vie, d'où l'importance donnée, par l'agya, à un bon entretient de son corps.

 

 

Faire Les choses

 

 

C'est ça le libre-arbitre. Tout ce qui est important demande d'être acteur. Sans effort, nous ne tenons pas debout. Pour ne pas rester couché, ça demande de l'énergie. Voir demande d'ouvrir les yeux. L'Homme a une tendance naturelle à les fermer. Tout est comme ça. Il est nécessaire de faire les choses. La Grâce ? Elle est tout le temps dans nos vies. La Grâce, c'est la conscience de la présence de la volonté divine dans notre existence : Quand on cherche du travail, en trouver, quand on fait du stop, quelqu'un s'arrête, quand on a faim, quelqu'un nous offre à manger.

 

Mais la Grâce ne fait pas les choses pour nous. La voiture s'arrête parce qu'on a levé le pouce, le travail nous est offert parce qu'on l'a cherché, la nourriture nous est donnée parce qu'on s'est levé et que l'on était au bon endroit, au bon moment ! Le dicton dit : « Aides toi et le ciel t'aidera ». Jésus disait : « Préoccupe-toi en premier du Royaume et tout le reste te sera donné en plus ». (Matthieu 6:33). Il y a toujours des choses à faire et il faut toujours les faire. Si on ne les fait pas, elles ne se font pas et ça, c'est notre libre-arbitre.

 

 

Libre-arbitre

 

 

On ne peut pas abandonner son libre-arbitre. La respiration, par exemple, n'a pas besoin de nous. Mais si on ne fait pas un effort, on n'a pas conscience de respirer. Qu'on ait conscience de respirer ou non, on respire. Mais avec la conscience, chaque respiration devient un cadeau. Cet exemple est vraiment celui du libre-arbitre type ! C'est comme ça pour la technique du Saint-Nom, c'est comme ça pour le service, le satsang, et la méditation.

 

Le satsang est une grâce : quand nous sommes au moins deux, réunis en Son Nom, alors Il est parmi nous et ça, c'est la Grâce du satsang. Dans le service, on est souvent seul. La présence tangible du Saint-Nom donne au satsang une vertu particulière. C'est pour ça qu'il y a trois piliers, à l'Observance. La Grâce des trois piliers, demande qu'on se lève pour faire les choses.

 

 

Se libérer

 

 

Ceux qui demandent la Révélation des quatre techniques, pensent que je vais leur envoyer un PDF. La Révélation se fait face à face, par vidéo conférence, et elle dure deux heures. La Voie se transmet de maître à disciple. C'est pour ça qu'il faut un maître vivant. Si ce n'était pas utile, il suffirait de lire les livres sacrés, et on aurait toute la connaissance (jnana) nécessaire. Mais cette connaissance ne peut pas s'apprendre dans les livres. On ne se libère pas du cycle des incarnations par la lecture de livres. Ils peuvent nous inspirer à aller sur telle ou telle voie, nous montrer la direction. Quand il y a un panneau indiquant la mer, on ne s'arrête pas, on continue jusqu'à la mer !

 

Quand je révèle les quatre techniques, il reste à pratiquer. Recevoir la Révélation n'est pas le but, c'est le commencement. Il y a beaucoup de gens qui ont l'impression d'être hors de la matrice et qui se disent éveillés. Ils ont flairé le piège de la société matérialiste, qui veut cantonner les Hommes à la consommation, et se disent : « Je suis éveillé ! » , alors qu'ils sont juste des chercheurs. Des chercheurs qui se croient arrivés ne cherchent plus !

 

Ils voient l'absurdité de la vie qu'on nous propose, et se croient arrivés. Mais cette vie n'est pas si absurde que ça, quand on a eu la Révélation et que l'on observe les trois piliers. On peut profiter du monde, de son confort, de la sécurité, des soins médicaux, de ses produits et même de certains plaisirs. Quand on est pratiquant de La Voie, le monde ne nous paraît plus aussi absurde. Il est imparfait, qui ne l'est pas ? Mais il n'est pas absurde.

 

Demandez-vous : « Est-ce que j'ai besoin d'aide ou pas ? Suis-je si fort que ça ? Est-ce que je sais tout ? » Quand on a bien tout pesé, on se rend compte que l'on a besoin d'aide, alors on peut en demander. Si vous ne demandez pas d'aide, vous n'en recevrez pas ! Dieu ne va pas vous aider contre votre gré, n'oubliez pas le libre-arbitre ! L'humilité, c'est vraiment la première vertu à cultiver si on veut entreprendre une démarche spirituelle.

 

 

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

 

Tag(s) : #lavoie, #spiritualité, #grâce, #yogaoriginel, #spirituality, #bonheur, #liberté, #méditation, #yoga, #hansyoganand, #positive

Partager cet article

Repost0