Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alors, la spiritualité ? Est-ce l'amour ? L'amour est-il la quintessence de la spiritualité ? Le but de la spiritualité est-il de s'aimer ? Quel serait l'intérêt spirituel de s'aimer ? D'un point de vue humain, l'intérêt est évident : il vaut mieux s'aimer que se détester, la paix vaut mieux que la guerre, mais spirituellement ? L'âme s'incarne t-elle dans le but d'aimer ?

 

Si vous tenez à partagez ce texte, faites un copié-collé de son adresse

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet''

 

 

 

 

 

 

 

 

Des gens croient que la spiritualité la plus vraie, la plus belle est l'amour. Beaucoup citent un aphorisme qu'ils attribuent au dalaï-lama : «J'appelle l'amour et la compassion une religion universelle. Telle est ma religion ». Mais le dalaï-lama est bouddhiste, sa religion est le bouddhisme du grand véhicule, pas l'amour. 

 

 

Le bouddha historique

 

 

Pour ce qui concerne le bouddha historique, sa religion était-elle l'amour ? Un de ses « discours » retranscrits, le « Karaniya Mettā Sutta » a été intitulé "l'hymne de l’amour universel" ou "l'hymne de la bonté universelle" selon les traductions. C'est le seul texte de bouddha qui mentionnerait l'amour et, dans ce sutta, bouddha ne parle pas d'amour, mais de bonté, de bienveillance, de compassion . Il ne s'agit pas d'un appel à aimer le monde entier. Le sentiment d'amour pour tous n'est pas un moyen d'accomplir le propos de la spiritualité mais, tout au plus, un éventuel résultat de cet accomplissement.

 

Dans ce Sutta bouddha résume ce qu'il s'agit de faire : « Demeurer dans un état divin, ici et maintenant ». Il continue en précisant qu'il faut « ne pas se laisser piéger par des croyances erronées et se libérer du désir des sens, gardant son cœur pur afin de se libérer du cycle des naissances ». Voilà, pour le bouddha Gautama, le but de sa spiritualité : se libérer du cycle des naissances.

 

 

Les traductions varient

 

 

Selon les traductions, des paroles du bouddha, on verra le mot amour ou non. Dans le Sutta, que je vous ai donné en exemple, il n'y a pas le mot amour, mais dans d'autres traductions du même texte le mot amour sera écrit plusieurs fois.

 

Par exemple ce passage : « Comme une mère, au péril de sa vie, protège son enfant, son unique enfant, Ainsi doit-on ouvrir son cœur à l’infini à tous les êtres vivants, rayonner la bienveillance envers le monde entier : ouvrir son cœur dans toutes les directions, en haut, en bas et tout autour, sans limites, libre de toute haine et de toute aversion. » (Traduit par Jeanne Schut) deviendra :

 

« De même qu’une mère aime et protège son unique enfant au risque de sa propre vie, cultivons l’Amour Bienveillant et offrons-le à tous les êtres vivants. Laissons notre amour infini se répandre dans le monde entier, au-dessus, en dessous, et dans chaque direction. Notre amour n’aura aucun obstacle, notre cœur sera complètement libéré de toute haine et animosité. » (traducteur inconnu).

 

Comme vous le voyez, tout est une question de traduction. Les textes en Pâli, comme ceux attribués au bouddha historique, ou en sanskrit, comme ceux du Yogasûtra et de la Bhagavad-Gîtâ (le chant du bienheureux) diront une chose, ou une autre, en fonction du prisme de ceux qui les traduisent.

 

 

Ce qu'est l'amour

 

 

Mais qu'est-ce que l'amour ? Il est un sentiments d'affection et d'attachement. En français on peut aimer ses enfants, ses parents, sa patrie, Dieu et les bonbons, tandis qu'en anglais et en espagnol on dira « to love » ou « to like », « querer », « amar » ou « gustar » selon ce que l'on aime, d'une personne avec laquelle on a des relations charnelles, d'un parent, d'un enfant, d'un ami, d'un pays ou d'un bonbon.

 

Alors, la spiritualité ? Est-ce l'amour ? L'amour est-il la quintessence de la spiritualité ? Le but de la spiritualité est-il de s'aimer ? Quel serait l'intérêt spirituel de s'aimer ? D'un point de vue humain, l'intérêt est évident : il vaut mieux s'aimer que se détester, la paix vaut mieux que la guerre, mais spirituellement ? L'âme s'incarne t-elle dans le but d'aimer ?

 

Il y a une autre possibilité, c'est que l'amour, en spiritualité, ne soit pas la même chose que le sentiment d'amour, tel qu'il est couramment compris dans les relations humaines. Ceux qui connaissent la béatitude mettront dans le mot amour, la béatitude. La béatitude n'est pas un sentiment mais un état de conscience.

 

 

Cause ou conséquence

 

 

Certains croient que pour s'élever spirituellement il faut aimer son prochain, et embrasser celui qui nous violente. D'autres savent que pour aimer il faut s'élever spirituellement. L'amour serait alors le résultat de la spiritualité pas le moyen. Sur La Voie il y a une sorte de « guide de conduite », l'agya. Demande t-il de s'aimer les uns les autres ? Voici ce que dit l'agya, pour notre relation aux autres : « Les devoirs vis-à-vis des autres sont : la non-violence, la véracité, l’intégrité ou sincérité, la tempérance, le désintéressement, le respect de ses obligations. » C'est aussi ce qu'en dit le yogasûtra.

 

Il est ici question de spiritualité. Si votre tempérament vous porte à la générosité, à la solidarité, à la compassion, alors tant mieux ! Ce sont des qualités souhaitables pour la bonne marche de l'humanité, mais la spiritualité ne traite pas de la bonne marche de l'humanité. La spiritualité s'occupe de l'accomplissement de chaque âme, durant son voyage à travers le cycle des incarnations, jusqu'à sa Libération.

 

 

L'amour vertu de Dieu

 

 

Vous voyez, si l'amour pour autrui n'est en rien une obligation spirituelle, la haine est proscrite, ce qui est déjà bien. Mais si vous êtes misanthrope, agoraphobe, ne vous inquiétez-pas ; vous pouvez vivre une vie spirituelle. L'amour, en spiritualité, est celui que Dieu, ou le Tao, ou L'Un porte à sa création et à ses créatures et cet amour n'est pas un sentiment mais une force active, créatrice de la vie. C'est la « vertu du Tao » dont il est question dans le Tao-Te-King. Cet amour créateur peut aussi se dire : « Grâce ».

 

Est-ce que l'on peut aimer Dieu ? On peut avoir pour Lui de la dévotion, ou bhakti et il s'agit d'autre chose. La dévotion, bhakti, est une pratique, pas un sentiment. La créature reçoit l'amour de Dieu et le lui renvoie, par ses actes dédiés, c'est la dévotion. Tant que l'amour reste inactif, il est un sentiment, quand il produit des fruits, il devient une pratique, une réalité, bhakti. Maintenant si le mot amour vous est cher, utilisez-le tant qu'il vous plaira, il n'y a pas de contre-indication.

 

 

 

Avec un smartphone, ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

Tag(s) : #amour, #spiritualité, #spirituality, #lavoie, #conscience, #âme, #bonheur, #hansyoganand, #yogaoriginel, #yoga, #méditation, #positive

Partager cet article

Repost0