Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La liberté expliquée dans ce texte est celle de l'âme, de la Conscience quand elle n'est plus soumise aux fluctuations du mental, aux pensées. Le mot yoga a très longtemps signifié ''liberté'', ''libération''  avant de vouloir dire ''union'' ''unité''. C'est ce que ce texte explique.

 

In english

 

Tweet:

L'âme se libère de ne plus être soumise aux fluctuations du mental. Le mot yoga a longtemps signifié liberté avant de vouloir dire union

 

Résumé:

 

Le mot liberté, le concept de liberté est cher à beaucoup de gens, surtout aux français qui veillent sur leur liberté comme une maman aigle sur ses œufs. Mais de quelle liberté est-il question sur la voie ? Pourquoi la voie est-elle celle de la liberté (et de la Libération) ? Saviez-vous que le mot yoga a longtemps signifié ''liberté'' ''libération'' avant de vouloir dire ''Union'', ''Unité'' ? Les êtres humains ne sont pas libres comme ils pensent qu'ils pourraient l'être, car ils sont prisonniers de leur impermanence, de leurs corps, de leurs désirs, de leur vanité et même leur liberté de penser est relative. La pratique du yoga-originel vous donne la vraie liberté, vous libère de vos concepts, de votre vanité. La Vérité libère.

 

l'astérisque* renvoie au lexique

 

 

Ce texte est, en Vérité*, un Satsang donné par sri Hans yoganand, en l'ashram nandi-àlaya. Il est publié comme texte explicatif sur ce blog, au lieu d'être publié comme Satsang* sur le blog ''Paroles de Vérité'' parce que ses explications sont les bienvenues ici.

 

L'Agya* est une boite à outils et les outils c'est son contenu, les trois pratiques : le Service*, le Satsang* et la Méditation*. Mon enseignement étant contenu dans le Satsang.

 

 

''L'Agya est Service-Satsang-Méditation ''

[Bhaktimàrga 2-2-13]

 

 

Cette boite à outils, à quoi sert-elle ? Elle sert à atteindre le but, la finalité de la voie vers la liberté. La liberté ? Quelle liberté ? La liberté de vivre heureux, sans la souffrance*, la confusion* d'un mental* hors de contrôle et la Libération* des chaînes des incarnations*.

 

A propos de la Libération des chaînes des réincarnations, c'est un peu théorique, tout ça : vous ne vous souvenez pas de vos vies passées (ce qui n'aurait pas d’intérêt immédiat) et vous ne pouvez pas deviner votre éventuelle prochaine existence.

 

 

Vivre c'est aujourd'hui

 

 

La seule existence qui devrait vous importer c'est celle que vous vivez. Dans cette vie, la Liberté n'est pas de ne plus vous réincarner. Parce que pour ne plus vous réincarner il faut d'abord mourir et j'espère que mourir n'est pas votre principal but, dans la vie.

 

Donc la voie de la Liberté s'occupe d'une Liberté utile aujourd'hui, pour vous, dans cette existence. Non seulement cette voie mène à la Liberté (celle de la Libération) mais elle donne une belle liberté en même temps que vous y marchez, aujourd'hui, c'est comme pour un pèlerinage :

 

le pèlerin est heureux de marcher,

arriver n'est pas le principal but du pèlerinage.

 

 

La destination n'est pas le but de la marche

 

 

La voie, sa pratique (l'Observance) vous libère de vos chaînes qui vous tiennent immobile, prisonnier. A quoi ces chaînes vous tiennent-elles prisonnier ? A l'illusion*, à la vanité*, à la souffrance, aux ténèbres*.

 

Qu'est-ce que ça signifie être prisonnier des ténèbres ? Être prisonnier des ténèbres ça veut dire être prisonnier de l'ignorance*. C'est quoi l'ignorance ? C'est l'ignorance de quoi ? C'est l'absence de la Connaissance*. Quelle est cette Connaissance ? C'est la Connaissance de Dieu, une Connaissance non théorique, une Connaissance intime de Sa Grâce*, de Sa Lumière*, de Son Saint-Nom*.

 

 

La voie du yoga

 

 

La voie de la liberté c'est la voie du yoga*. Le mot yoga a très longtemps signifié ''liberté'', avant de vouloir dire ''union'', vers le huitième siècle de notre ère sous l'influence d'un moine errant : Adi Shankara. La Liberté du yoga vous débarrasse des chaînes qui vous tiennent attaché à la souffrance des ténèbres de l'ignorance. Quand votre âme évolue, elle commence à se souvenir du ''paradis-perdu'', du Royaume* d'où elle est issue et ce souvenir la plonge dans la souffrance parce qu'elle se sait y retourner, à cause de l'ignorance.

 

 

L'âme qui souffre est suffisamment évoluée pour se rendre compte qu'il lui manque quelque chose mais pas assez pour être capable de savoir quoi, exactement ni comment retrouver ce qui lui manque. Le propos du yoga-originel, de la voie, de son guide* est justement celui-là : montrer ce qui manque et comment faire pour que ça ne manque plus.

 

L'âme commence à sortir de sa torpeur, à se réveiller (ne pas confondre avec l'éveil*, qui est une toute autre chose encore) et à souffrir. Une âme inconsciente ne souffre pas. Le porteur d'une âme jeune se contente du plaisir de vivre, quand il est en position de le faire, le reste l'indiffère.

 

 

Triste constat

 

 

Vers 45 et 60 ans, le chercheur* fait souvent le triste constat que tout ce qu'il a vécu, jusqu'ici, ne l'a pas rendu heureux, heureuse...et ce constat est désespérant, quand on ne connaît pas la réponse, la solution pour y remédier. Mais il faut passer par cette étape pour se poser les bonnes questions et être capable d'entendre la bonne réponse. On fait alors un retour sur soi-même. On est un looser, on n'a pas de Rolex, pas plus que de costumes à 2000 dollars, on est sans emploi, divorcé et on galère à simplement subsister. On se demande alors si on est aussi nul que ça. Le monde vous dit que oui, que vous êtes un perdant, un cas social, un ''sans-dents'' et que vous avez raté votre vie et moi je vous dis : ''venez à moi les nuls ! '' Dieu vous aime !

Vous êtes peut-être nul pour vous battre dans une société où la plus grande valeur est la réussite financière, la force mais vous n'êtes pas nul pour aimer ni pour être aimé. L'Amour qu'il vous faut ne viendra jamais de personnes qui vivent prisonnières de l'illusion* et qui s'en satisfont.

 

Vous n'êtes pas né pour gagner de l'argent, pour voter, pour vous reproduire et vous acheter une montre, un costume, une maison, une auto. Vous valez mieux que ça. Laissez-moi vous le prouver.

 

L'Agya est vraiment la boite à outils pour vous libérer, pour réaliser votre but. Les trois outils qu'elle contient, le Service, le Satsang et la Méditation ont comme utilité de vous tenir le plus centré possible du lever au coucher. Le fait de rester ainsi aussi centré que possible ça permet de replacer votre Conscience au bon endroit, ça permet de vous identifier à la bonne personne et cette bonne personne c'est vous, votre âme, pas votre mental*, vos pensées ni vos sentiments.

 

 

''L'attachement est fait de désirs ardents et sans fin

Qui t'enchaînent aux fruits de tes actes ''

[Bhaktimàrga 1-2-32]

 

 

Avec les trois outils de l'Agya vous avez ce qu'il vous faut pour rester maître,

autant que faire se peut, de vos ''états-d'âme''.

 

 

Le libre-arbitre

 

 

Vous avez toujours le libre-arbitre de le faire ou de ne pas le faire. Le libre-arbitre est encore une chose de compliquée, parce qu'il y a quelque chose en vous qui n'aime pas ce qui est simple, ce qui est lumineux, qui n'aime pas la paix. Cette chose est votre inertie, votre fainéantise, cette tendance de l'être humain de toujours aller vers ce qui est le plus évident, le plus grossier, le plus immédiatement gratifiant. C'est à cause de cette même chose, le faux-ego*, que beaucoup préfèrent le gras, le sel, le sucre, l'alcool, le tabac à la salade, à l'eau, au boulgour et au tofu !

 

 

''Bhakti sans liberté serait obligation ''

[Bhaktimàrga 2-6-5]

 

 

Un vrai maître-spirituel* ne forcera jamais votre libre-arbitre. Alors ? Comment faire pour observer l'Agya sans trop souvent faillir ? Comment faire, une fois que vous avez demandé, puis reçu les quatre techniques du yoga-originel, pour pratiquer régulièrement ? Vous devez être convaincu de l'utilité de le faire. Comment en être convaincu, avant d'en avoir eu les preuves ? Par la propagande ! La propagande, ici, c'est le Satsang. Le Satsang peut vous donner envie de pratiquer. C'est une de ses utilités.

 

Attention : le Satsang, qui est compagnie de la Vérité*, ne peut être donné que par quelqu'un qui la connaît, cette Vérité. Comment faire pour savoir si la personne qui donne Satsang connaît la Vérité ? On reconnaît un arbre à ses fruits..

 

 

 

 

Satsang dans cet esprit:

-Se libérer de soi

-Le véritable but de la vie

-Tu reconnaîtras l'arbre à ses fruits

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable,

Si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur.

Tag(s) : #lavoie, #spiritualité, #yogaoriginel, #spirituality, #bonheur, #vérité, #yoga, #conscience, #confusion

Partager cet article

Repost 0